Fesser ses poules [fésé sé pul]

Fig. A. La fessée d’une poule. Carnaval. XVIIᵉ siècle.

[fésé sé pul] (loc. verb. COTCOT.)
Pas question en cette définition d’une quelconque allusion à un maquereau violent corrigeant ses gagneuses d’une claque d’arrière-train. Rien non plus sur les phantasmes tarifés de domination sur call-girl consentante, rassurez-vous. Et pas davantage de contrainte exercée sur les plumes de quelque pondeuse de basse-cour que ce soit.

Europe Stop [öròp stop]

Fig. A. Un Pascal de l’enveloppe d’Europe Stop.

[öròp stop] (n. com. RADIO.)
Qui croise la Renault 16 orange décorée de son énorme Europe 1 noir occupant deux portières peut finir sa journée lesté de 10 000 Francs¹, soit environ la moitié du salaire annuel moyen d’un employé ! Autant dire que ça vaut la peine de coller un autocollant bleu clinquant avec le même logotype que sur la R16 et d’écouter la radio.

Être un devin de Montmartre [ètr ê devê de môtmartr]

Fig. A. La rue Foyatier au petit matin.

[ètr ê devê de môtmartr] (loc. verb. LEPI.)
L‘une des caractéristiques de la langue surannée est celle de son utilisation dans un territoire strictement défini, la frontière étant, comme en toute autre chose, celle de l’incompréhension et donc potentiellement celle de la discorde.

Entrez à vos risques et périls en pays poulbot.

Aller à Dourdan [alé a durdâ]

Fig. A. Hugues Capet, né à Dourdan.

[alé a durdâ] (loc. verb. RER C)
L‘on pourrait penser l’expression qui va bigrement nous préoccuper par ici créée en 1979 dans la foulée de la pose des rails du Réseau Express Régional francilien, ligne C (technocratiquement dénommée Transversale Rive Gauche lors de sa mise en service).

My tailor is rich [maj télòr is riS]

Fig. A. Ustensiles de rich tailor. Museum of ze mode.

[maj télòr is riS] (affirm. BONNET.)
Depuis 1929 la richesse de mon tailleur est la clef d’entrée dans l’univers d’une langue certes moins nécessaire à connaître que la langue surannée mais utile tout de même : l’angliche.

Please follow the guide.

Docteur en soupe salée [dòktër â sup salé]

Fig. A. Docteurs en soupe salée préparant une savante décoction.

[dòktër â sup salé] (n. com. SLURP.)
La Loi n° 2013-660 du 22 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche, précise dans son article 78 que «les titulaires d’un doctorat peuvent faire usage du titre de docteur, en mentionnant la spécialité, dans tout emploi et toute circonstance professionnelle qui le justifient».

Est donc docteur qui possède un doctorat de troisième cycle universitaire ou un doctorat d’exercice (c’est le cas des médecins, des pharmaciens par exemple).

NB : le fait d’avoir joué au docteur avec qui vous savez n’en confère pas le titre hors sphère strictement privée (et ceci est une autre histoire qui n’a rien à faire par ici).