Catégorie : Pensées

Ne pas durer aussi longtemps que les contributions [ne pa dyré osi lôtâ ke lé kôtribysjô]

Fig. A. Le temps qui court, court. Allégorie.

[ne pa dyré osi lôtâ ke lé kôtribysjô] (loc. verb. TVA.)
SYN. Durerà quant’u pane caldu (lang. corse).
Depuis qu’il a inventé le temps, l’homme n’a de cesse de le mesurer au plus serré afin d’éviter de perdre le sien tout en n’hésitant pas à faire attendre sous l’orme et ainsi gaspiller celui de l’autre (mais ceci est une autre histoire).

Passer le pont de Gournay [pasé le pô de ɡurnè]

Fig. A. Incitation publicitaire à passer le pont de Gournay.

[pasé le pô de ɡurnè] (loc. verb. STUPR.)
En toute époque la décence a des bornes. Celles de la dionysiaque Grèce antique ou de la décadence romaine ne sont pas les mêmes que celles des années flower power, et elles évolueront sensiblement au cours des onze siècles d’existence de l’abbaye de Chelles (657-1790) qui sera par ailleurs l’un des lieux en créant la mesure.

Frère Jacques [frèr Zak]

Fig. A. Première partition manuscrite de frère Jacques.

[frèr Zak] (n. pr. SEX.)
Selon une étude menée par le Dictionnaire raisonné des mots surannés et expressions désuètes, et ce bien que les preuves écrites de la thèse osée que nous avançons ci-dessous soient minces, il est plus que vraisemblable que frère Jacques fut un jour synonyme de Popaul.

Décrocher la timbale [dékròSé la têbal]

Fig. J. Fête des rillauds et du pâté aux prunes à Mauges-sur-Loire.

[dékròSé la têbal] (loc. verb. COCA.)
SYN. Bingo.
Dans les temps anciens du langage suranné, quand l’ascenseur social n’était même pas en panne puisqu’il n’existait pas, seul le mât de cocagne permettait de sortir de la fange. En parvenant au faîte de son érection lubrifiée fichée en place du village, le gueux pouvait espérer atteindre le filet garni ou mieux, décrocher la timbale.

Avoir des oranges sur la cheminée [avwar déz- òrâZ syr la Seminé]

Fig. Q. Cadeau de Noël. Musée Cosette.

[avwar déz- òrâZ syr la Seminé] (loc. verb. ROBER.)
SYN. Y avoir du monde au balcon
Ami djeuns’, voici de quoi moucher le vieux con suranné de la Belle Époque qui te serinera une fois de trop avec la profusion de biens à ta disposition pour tes loisirs et ton insatisfaction patente devant un Wifi bredouillant, quand lui “n’avait qu’une ou deux oranges à Noël et qu’il en était heureux. Ah, il les revoit, là, posées sur la cheminée…”.

Faire queue de rat [fèr kö de ra]

Faire queue de rat

Fig. A. Rat de laboratoire. Musée Pfizer.

[fèr kö de ra] (loc. verb. LULU)
Où l’on comprendra aisément que certaines expressions tombent en désuétude, poussées dans l’oubli qu’elles sont par une arrogance virile et typiquement masculine qui veut que quand on pense à Fernande…

Omnibus à crôni [òmnibys a kroni]

Fig. A. Omnibus à crôni napoléonien.

[òmnibys a kroni] (n. com RER)
C‘est le pas lent du cheval qui fait l’omnibus. Et même devenu vapeur, le cheval en question conservera cette douce nonchalance qui laisse à penser que le temps n’a pas de prise sur lui : l’omnibus va piano (et donc sano et lontano).

Se laver la bouche au savon [se lavé la buS o savô]

Se laver la bouche au savon

Fig. A. Louis Pasteur, inventeur du lavage de bouche au savon.

[se lavé la buS o savô] (loc. verb. ******)
Si l’on employait alors des tournures, mots et expressions depuis devenus désuets, il n’était pas pour autant question en ces temps surannés d’utiliser un langage ordurier. L’on trouvera d’ailleurs dans les pages nombreuses de cette noble encyclopédie tout le nécessaire à l’insulte non vulgaire.

Dahu [day]

Fig. A. Le dahu, in Physiologus. Edition unique.

[day] (n. com. FANTAS.)
Dans la longue liste des animaux plus ou moins surannés, du tyrannosaure – dont nous devrions chaque jour remercier la météorite extinctrice car il est à peu près certain qu’il aurait fait de nos pauvres carcasses un amuse-bouche s’ils les avaient croisées – au dodo qui est désormais une bière qui se boit à l’ombre de la case puisqu’on a mangé le dernier, il en est un qui figure depuis peu.