Le seau à glaçons [lə so a ɡlasɔ̃]

[lə so a ɡlasɔ̃] (gr. n. BOISS.)
Merci de prêter la plus grande attention à la finesse du propos qui va suivre : nous étudierons aujourd’hui le seau à glaçons (suranné) qui diffère quelque peu du seau à glace plus commun et non encore suranné quoi que en voie de disparition (hors rosé-piscine dont je n’oserai même pas aborder l’existence en ces lieux). Gardez-le bien en tête afin de ne pas me prêter de propos hors-sujet.

Le seau à glaçons est à l’intérieur suranné qui se respecte une sorte de firmament, d’empyrée, de finitude, d’absolu. En effet, une fois le papier peint posé, une fois la moquette épaisse allongée, une fois les meubles disposés (chaise Panton, tulipe de Knoll, ball d’Eero Aarnio, etc.), que reste-t-il à faire à part bien entendu tourner un 33T dans le mange-disque orange ? Eh bien mes chers amis je vous l’annonce : il convient à cet instant de la marche du monde de se servir un scotch dans le verre adéquat avec deux voire trois glaçons. Attention néanmoins : ces glaçons devront être extraits d’un seau à glaçons trônant sur le buffet. Rien d’autre.

À l’époque suranné, vous l’aurez bien noté, le seau à glaçons est prêt en permanence à assouvir l’exigence immédiate d’un petit cube de glace. Dans sa cuve sertie de loupe, d’argent ou même de plastic il est là il attend. Mieux encore, il a une petite pince à ses cotés, vous savez une sorte de modèle réduit de celles qu’on trouve dans les fêtes foraines pour tenter d’attraper un ours de peluche ou un objet que l’on feint d’imaginer précieux. Par pression du seul pouce la pince écarte ses crocs dentés et ira capturer un parallélépipède glacé. Entendez le son harmonieux du cube sur le cristal (un verre à whisky est forcément en cristal). Il répond à celui du brassage des morceaux dans leur seau à glaçons.

L’immonde sac de plastic alvéolé produisant des glaçons par dizaine a  renvoyé le seau en époque surannée. Désormais on doit faire efficace et rentable au mépris du geste et même de l’harmonie. Il n’y a plus de seau à glaçons sur le meuble du salon. La servitude du maintien permanent de ce morceau de quiétude givrée est dévolue à la machine; c’est un réfrigérateur et son compartiment spécial qui stockent les glaçons. En dénigrant le si beau seau à glaçons le moderne à jeté un froid sur le retour au foyer du travailleur éreinté. Ça avait pourtant de la gueule l’apéro avec la veste d’intérieur en soie matelassée, le verre à la main et le seau à glaçons refermé.

Mais on s’en fiche, vous avez dû arrêter de boire.

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Laisser un commentaire