Parler latin devant les cordeliers [parlé latê devâ lé kòrdeljé]

Fig. A. Sachant captivant son auditoire. Musée du savoir.

[parlé latê devâ lé kòrdeljé] (loc. lat. HUMA.)
Refusant l’adage sage qui préconise de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de l’ouvrir, certains petits malins la laissent se délier à la moindre occasion, allant jusqu’à précisément se prendre pour ce qu’ils ne sont pas (des malins) face à plus savant qu’eux.

Le langage suranné qui ne manque jamais de châtier ceux qui le mettent à mal, a donc ciselé pour ces blancs-becs un très magistral parler latin devant les cordeliers moquant leur attitude.

Si les Frères mineurs n’étaient pas des anges (cf. se confesser comme les cordeliers de Metz) ils étaient tout au moins des experts en latin. Dominus ita dedit mihi fratri Francisco incipere faciendi poenitentiam: quia, cum essem in peccatis, nimis mihi videbatur amarum videre leprosos (selon le testament de leur saint patron François) est leur quotidien, aussi est-il malvenu d’enchaîner sur tout autre propos qu’un et ipse Dominus conduxit me inter illos et feci misericordiam cum illis. Tenter une réponse sibylline du genre tu quoque mi fili pour laisser penser qu’on est du même monde est voué à risée.

Et comme dans l’ordo fratrum minorum on ne rigole pas avec la discipline (rappelons que les Franciscains sont les gardiens des sanctuaires en Terre sainte), le pédant sera accusé de parler latin devant les cordeliers et condamné à la fermer à l’avenir.

Parler latin devant les cordeliers aboutit immanquablement pour le savantasse démasqué à se retrouver coiffé d’un bonnet d’âne et à méditer, le nez au coin, sur les vertus de l’humilité.

La pensée creuse élaborée à grandes lampées de certitudes googléennes et de débats d’info-entertainment télévisée ne pouvait supporter que parler latin devant les cordeliers perdure, au risque de compromettre dangereusement l’équilibre économique de la modernité¹. Souhaitant autoriser les affirmants à effets de manches à affirmer, les inventeurs de tendances statistiques à inventer, les forts en gueule à être forts et à gueuler, elle bannit l’expression du langage, la rendant surannée grâce à l’éviction subtile de tout cordelier capable de rabattre son caquet à l’un des sachants susnommés.

Le stratagème réussit au-delà de toute espérance, évinçant du langage parler latin devant les cordeliers mais réussissant aussi à tuer une langue qu’on disait pourtant morte.

Sic transit gloria mundi qu’ils disaient.

¹“A la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. Or, pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible”. Patrick Le Lay, 2004.

Laisser un commentaire