La SNCF [la èsènséèf]

[la èsènséèf] (acrony. TCHOUTCH.)

Les surannés ne l’auront certainement pas remarqué, perdus qu’ils sont dans leur monde désuet qui n’existe plus ailleurs que dans leur tête (ce qui est déjà pas mal, convenons-en) mais la Société Nationale des Chemins de Fer français a disparu. Pas après une énième grève ou une quelconque OPA d’un hostile concurrent aux crocs acérés, non non, la raison est toute autre.

Tableau d’honneur [tablo dònër]

[tablo dònër] (stim. SCOL.)

Encouragements, compliments, félicitations. Quand arrivait l’heure du bulletin on n’en menait pas large dans nos Stan Smith (je parle des vraies d’avant, de quand ce n’était pas la mode d’en porter pour se la jouer) et il était un couperet qui pouvait changer notre capacité d’accès à la télévision, aux loisirs, aux sorties avec les amis et à l’argent de poche, un jugement définitif plus puissant que celui des Dieux de l’Olympe : le tableau d’honneur.

Civette [sivèt]

[sivèt] (n. fém. TABA.)

Chaque année des hommes et des femmes disparaissent en allant chercher des cigarettes. Quand je dis disparaissent je ne suis pas en train de vous raconter que fumer tue, vous le saviez déjà et si vous avez choisi de vous intoxiquer je ne serai pas prosélyte en bonne santé. Ils disparaissent au sens propre du terme, comme par magie. Happés par un ailleurs sans doute meilleur, ils choisissent de tout quitter. Si c’est pour une histoire d’amour, pour une passion, je leur donne raison.

Carte postale [karte pòstal]

[karte pòstal] (n. fém. BISOU.)

Chers parents, je suis bien arrivé en colo. Les monos sont sympas et je m’amuse bien, j’ai plein de copains. Il fait beau et on fait des cabanes dans les bois. Je vous embrasse.

En ces années surannées où l’on passait l’été chez papy et mamie, en colo, à l’île de Ré, au Pyla ou ailleurs, il nous fallait bien rassurer l’autorité sur notre arrivée sur zone et le caractère pacifié des lieux. Non qu’une angoisse outrancière la tarauda alors, l’absence de connexion permanente autorisant à ne pas se faire de mouron, mais il lui fallait juste acquérir une certitude raisonnable sur l’arrivée à bon port de la marmaille héritière.

Avoir un nom à coucher dehors [avwar ê nô a kuSé deòːr]

[avwar ê nô a kuSé deòːr] (expr. fig. MOQU.)

Avant la tête du client il y a le nom du client. Et si l’habit ne fait pas le moine, le patronyme fait la réputation en ce bon Moyen-Âge bien suranné comme nous l’aimons dans ces pages.

Je vous l’ai répété à maintes et maintes reprises, au temps d’où nous viennent nos expressions surannées on aime à décrire ce qui est (ou ce qui est supposé être). Et le nom qui n’est pas forcément de famille (l’état-civil est balbutiant avant François 1er) est quoi qu’il en soit fort parlant.

Maritie et Gilbert Carpentier [mariti é Zilbèr karpâtjé]

[mariti é Zilbèr karpâtjé] (prod. TV.)
Fig 1. Logotype Office de Radiodiffusion.

Fig 1. Logotype Office de Radiodiffusion.

Aujourd’hui nous allons faire dans l’ORTF. Si ça c’est pas une époque surannée… Les djeuns vous allez voir ce que c’est que la vraie variété du samedi soir et la fièvre qui va avec, les surannés vous allez pleurer parce que c’est votre enfance. Préparez les mouchoirs, nous allons visiter le studio 17 des Buttes-Chaumont et rencontrer leur âme : je vous présente Maritie et Gilbert Carpentier.