Aller aux carreaux brouillés [alé o karo brujé]

Fig. A. Derrière les carreaux brouillés. Scène d’intérieur.

[alé o karo brujé] (loc. verb. VITR.)
Lorsqu’en 1691 Louis Lucas de Nehou met au point le procédé de fabrication du verre par coulage et fournit la galerie des glaces du château de Versailles, il s’attache à livrer à Louis XIV des carreaux bien propres pour que le roi Soleil puisse admirer ses jardins.

À l’inverse, à de moins nobles institutions pour autant largement fréquentées, la verrerie Saint-Gobain va fournir des carreaux de fenêtres au verre d’une qualité médiocre mais bienvenue. Ce pourquoi le visiteurs de ces établissements utiliseront bien vite aller aux carreaux brouillés pour faire état de leur motif de promenade.

Aller aux carreaux brouillés c’est – évidemment – rendre visite aux pensionnaires de l’abbaye de s’offre-à-tous dont l’activité ne nécessite pas la pleine lumière voire bénéficie d’une ambiance tamisée qui laisse plus de place à l’imagination et aux autre sens qu’à la vue (mais ceci est une autre histoire).

Le verre dépoli des ajours étant propice à la discrétion de bon aloi dans le commerce de la chair, les centaines de maisons closes dont l’existence est légale à partir de 1804 vont se doter de carreaux brouillés et faire ainsi le succès de l’expression aller aux carreaux brouillés.

En 1936, sept cents lupanars recensés par le Guide Rose accueillent derrière leurs fenêtres et leurs volets mi-clos les galipettes tarifées de la haute société comme des classes populaires, chacun allant aux carreaux brouillés correspondant à ses moyens financiers.

C’est l’âge d’or pour l’utilisation de la périphrase péripatétique : on va alors aux carreaux brouillés comme on va faire un tour au Balto ou faire pisser le chien, en l’annonçant haut et fort.

Deux règles complexes de la grammaire française vont briser sa popularité et la rendre surannée.

Le pluriel en -x des noms en -al (à l’exception notable de bal, carnaval, festival, chacal, régal et cal¹) et l’accord du participe passé employé comme adjectif avec le nom auquel il se rapporte auront raison d’aller aux carreaux brouillés, les clients oubliant trop facilement d’y aller de leur -x ou du -és nécessaire.

Avant même que Marthe Richard ne fasse définitivement clore les maisons le 13 avril 1946, les carreaux sont brisés. Le verre devient pur et transparent aux fenêtres de toutes les bâtisses et les chacals qui régnaient sur les plus lugubres d’entre elles s’enfuient la queue entre les jambes.

¹On aura donc des cals au pied et non des caux.

Laisser un commentaire