Toucher sa canette (ne pas) [tuSé sa kanèt]

Fig. M. Différents modèles de canettes. The Bud’ Foundation.

[tuSé sa kanèt] (loc. verb. BIÈR.)
SYN. Toucher sa bille. Toucher sa bouteille en PET recyclé.
Quand l’excellence demande une mesure, quand la formule laudative doit trouver un référent partagé par le plus grand nombre pour bien ancrer sa force, en France elle va voir du côté des boissons fermentées.

C’est ainsi : l’alcool a toujours su inspirer les créateurs, pourquoi ceux du langage y auraient-ils échappé ?

La canette de toucher sa canette est bien celle de verre contenant bière ou limonade, avec son bouchon mécanique en porcelaine ou sa capsule à dents inventée par William Painter en 1892.

Non que qui touche sa canette et la boit devienne meilleur dans quelque domaine que ce soit, ne vous méprenez pas ! Mais qui est capable de toucher sa canette avec le ballon à trente mètres par exemple est un sacré tireur. Idem pour celui qui serait capable de l’atteindre avec sa boule de pétanque.

Toucher sa canette est une métaphore du genre sportivo-du-dimanche¹ rendant grâce à la maîtrise du geste et à l’excellence technique, notamment dans les sports de ballon (football par exemple). Par extension du domaine du jeu, toucher sa canette est ensuite devenue l’expression signalant la maestria en tout sujet. Exemple : « Picasso touche sa canette au niveau du cubisme » ou encore « Robert de Niro au sommet de son art : avec Taxi driver il nous démontre combien il touche sa canette » sont des formulations courantes.

On pourra aussi constater que les Égyptiens et Romains faisant commerce de bière utilisaient l’amphore, beaucoup trop facile à atteindre avec un ballon du fait de sa taille, et que celle-ci n’a jamais donné lieu à la création d’une expression du type « toucher son amphore »². Une preuve de plus s’il en fallait de l’éloge fait à celui qui est désigné comme touchant sa canette.

Pour être exhaustif (car notre sacerdoce est celui de la rigueur en toute définition), signalons l’existence en des temps et des régions reculés d’un jeu dit Canette qui consistait à toucher une pièce de monnaie fichée en terre ou la canette de son adversaire avec sa propre canette, une petite boule aussi nommée globule. Lorsqu’un joueur touchait la canette de l’autre il gagnait la partie. Il est possible que ce jeu médiéval ait aussi eu son influence sur la création de l’expression toucher sa canette.

La loi du 10 janvier 1991 relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme (loi Evin) interdit formellement d’utiliser toucher sa canette pour faire montre d’admiration, envoyant la formule en surannéité.

Les propositions plus modernes de « toucher sa bouteille en PET recyclé » ou « toucher son gobelet en carton avec couvercle » formulées par une comité Théodule ad hoc ne furent pas adoptées par la population. Le panégyrique y perdit beaucoup.

¹Un genre auquel appartient aussi « aller droit au but », « se la jouer comme Beckham », « être Fanny« , etc.
²Tangere amphoram n’est utilisé dans aucun texte parvenu jusqu’à nous.

Laisser un commentaire