Marie-salope [maʁjəsalɔp]

Marie-salope

Fig. A. Marie-salope du port d’Amsterdam, là où les marins boivent
et reboivent, et reboivent encore.

[maʁjəsalɔp] (n. f. MAR.)
Le jour où je le découvris celui-là, j’en fis des gorges chaudes.

Il faut dire qu’à sept ans, obtenir l’onction adulte et qui plus est professorale de manier un marie-salope jusqu’en table de repas dominical fut un plaisir exquis. Aussi, dès que j’eus saisi la subtilité nominale et le titanesque potentiel de la désignation surannée de ce simple rafiot en usai-je à satiété.

Moi qui n’avais jamais eu le pied marin, qu’une embarcation destinée à l’accomplissement de pénibles besognes d’entretien des ports me satisfasse à ce point était un comble. Je n’eus donc pendant une période que d’aucuns jugeront longue et fortement exaspérante que le but fallacieux de diriger toute conversation sur la chose maritime et d’insister sur l’impérieuse nécessité d’obtenir des diverses capitainerie de notre littoral un effort conséquent sur la gestion des sables et des boues dans leur zone de compétence. Ceci, vous l’aurez bien compris, m’autorisant de réguliers placements de marie-salope avec la même vergogne que le premier témoin de Jéhovah prosélyte venu nous coller un prospectus sous le nez et son pied dans l’encoignure. Marie-salope par ci, marie-salope par là. Une délectation.

Marie-salope m’octroya quelques titres de gloire supplémentaires dans le cadre scolaire et je dois bien avouer que le piège grossier dans lequel tombèrent ensuite quelques trop téméraires de mes camarades d’alors¹ me valut aussi certaines inimitiés. Qu’importe j’avais découvert grâce à marie-salope combien le mot pouvait être joueur et se gausser du trop peu comprenant. La naissance d’un vice, mais quoi de plus normal avec marie-salope

Marie-salope m’a bien servi aussi je le dépose aujourd’hui à vos pieds pour que vous puissiez à votre tour en user. Allons, allons, il n’y a pas d’âge pour cela, tenez, tentez-le ce soir au détour d’un propos sur l’amoncellement des déchets en lagune de Venise. C’est un sujet qui vous préoccupe non ? Venise est une ville superbe et il serait tellement dommageable pour l’humanité qu’une ou deux maries-salopes ne puissent venir à bout de son problème de boues. Oui il en faudrait de grosses, car la tâche est immense, mais ça doit bien exister de grosses maries-salopes

Vous voyez, ça y est, vous l’avez. Vous parlez suranné.

¹Les bougres tentèrent à leur tour mais fort mal à propos, d’user du ressort dont ils pensaient qu’il fonctionnait avec tout type de qualificatif peu élogieux de la gent féminine.

Laisser un commentaire