Catégorie : Arts

Faire son Calimero [fèr sô kalimro]

Fig. A. Calimero faisant son Calimero.

Bien que débutant sa carrière en tant que vendeur de lessive en juillet 1963 (Ava, protège les tissus en gardant toute leur fraîcheur), un vilain petit canard trimballant sa peine et sa moitié de coquille vide va connaître une destinée particulière en devenant le sujet de l’expression consacrée pour moquer le parano.

Recevoir son morceau de sucre [resevwar sô mòrso de sykr]

Fig. A. Comédien quelconque recevant son morceau de sucre.

[resevwar sô mòrso de sykr] (loc. théât. BOF)

Lorsque le talent n’est pas au rendez-vous les lazzi raccompagnent en coulisses le piètre bourgeois gentilhomme. Quelques fois des tomates bien mûres le pressent même dans sa retraite forcée.

Se faire tirer le portrait [se fèr tiré le pòrtré]

Se faire tirer le portrait

Fig. A. Cosette Harcourt se faisant tirer le portrait au studio Harcourt.

[se fèr tiré le pòrtré] (loc. art. PHOT.)

Contrairement à ce que le savantasse détenteur d’un téléphone intelligent¹ pourrait croire, Joseph Nicéphore Niépce et Louis Jacques Mandé Daguerre ne furent pas les inventeurs de l’expression se faire tirer le portrait.

Quoi de neuf ? Molière ! [kwa de nëf ? mòljèr !]

Quoi de neuf ? Molière !

Fig. A. JB.

[kwa de nëf ? mòljèr !] (interj. CLASS.)

Convaincu qu’il est d’avoir inventé l’eau chaude ou le fil à couper le beurre 2.0, le moderne est souvent interdit quand en guise de commentaire au conte de ses exploits il lui est rétorqué un hardi quoi de neuf ? Molière ! 

Être dans un état proche de l’Ohio [ètre dâ ên‿ éta pròS de lòajo]

dans un état proche de l’Ohio

Fig. A. Dans l’Indiana, proche de l’Ohio.

[ètre dâ ên‿ éta pròS de lòajo] (néol. Gainsb. 45T)

SI LE PROGRAMME d’histoire-géo de CM2, la lecture du Dernier des Mohicans, les films de cowboys et d’indiens, la coupe iroquoise des punks de St-Mich’, ne sont pas pour rien dans la formidable popularité de l’État du midwest américain auprès des petits Français, ce n’est pas pour autant à eux que la langue doit l’émergence d’être dans un état proche de l’Ohio.

Affûter du monaco [afyté dy mònako]

Affûter du monaco

Fig. A. Honoré V, prince de Monaco, graveur des monacos.

[afyté dy mònako] (loc. monét. FLOUZ.)

Passée l’époque de l’économie du troc au langage rustique et fruste (sans quoi il aurait été facile d’argumenter qu’un pot en terre cuite ne valait pas une peau d’auroch), vint celle de la monnaie sonnante et trébuchante.

Décoller la cafetière [dékòlé la kaftjèr]

Fig. A. Nature morte à la cafetière.

[dékòlé la kaftjèr] (loc. capit. CAFÉ.)

« Encore un instant je vous prie, Monsieur le bourreau » laissera en explicit une comtesse du Barry pas tout à fait prête à perdre la tête à cette époque où l’abbaye de Monte-à-Regret décolle la cafetière pour un oui pour un non.

Se calmer et boire frais à Saint-Tropez [se kalmé é bwar frè a sêtròpé]

Fig. A. L’Échanson – Allégorie de la Tempérance. Theodore Rombouts vers 1625-1632.

[se kalmé é bwar frè a sêtròpé] (loc. ciné. PROVEN.)

La critique de mœurs et l’observation acérée des travers de leur époque par les concepteurs spontanés de la langue surannée a souvent fait éclore de savoureuse expressions au succès certain avant de chuter dans l’abîme oublieux.

Elvis has left the building [ˈɛlvɪs ˈhæz ˈlɛft ðə /buildi/]

Fig. A. Before Elvis has left the building.

[ˈɛlvɪs ˈhæz ˈlɛft ðə /buildi/] (loc. angl. ROCK.)

Bien que la langue française soit la plus noble représentante du genre suranné (les latine et grecque s’avérant hors concours), il faut savoir reconnaître à l’anglaise états-unienne une production de qualité à défaut de quantité.