Pochette surprise [pòSèt syrpriz]

Fig. A. Pochette surprise. Allég.

Fig. A. Pochette surprise. Allégorie.

[pòSèt syrpriz] (gr. n. YOUPI.)
Si vous vous égarez aujourd’hui pour parler de la chance et du hasard ayant conduit à une heureuse réalisation à prononcer les termes de pochette surprise, vous passerez aisément pour un vieux con suranné. La modernité est moqueuse et ingrate, c’est ainsi.

La modernité est moqueuse et ingrate, elle est aussi oublieuse des tout-petits plaisirs de rien du tout qui font briller les yeux. Car c’était bien la seule ambition de la pochette surprise que je lorgnais avec envie à chaque fois que je me rendais à la boulangerie.

Ce cône de papier aux dimensions impressionnantes (il mesure environ la moitié de ma taille) est une corne d’abondance regorgeant de sucreries, de gadgets, de trucs indispensables à la vie, tout comme la mythique qui nourrit Zeus dans son enfance. Non, la comparaison n’est pas osée, quand je l’obtiens je suis un Dieu; un demi-Dieu je vous le concède.

La pochette surprise est rose pour les filles, bleue pour les garçons, eh oui en années surannées c’est comme ça (pour les réclamations sur la question du genre merci d’utiliser le formulaire de commentaire ci-dessous), et trône sur son présentoir qui ressemble certainement à l’arbre de la connaissance qui tenta tant Ève et Adam. Chacun de ses fruits est d’une promesse infinie et je ne demande qu’à retomber dans le péché originel. Tente-moi terrible Nahash, je t’en prie.

Je quitte la boulangerie tout comme Adam le Paradis. Sûr de porter dans mes bras ce qui me rendra libre et heureux. Tout comme Adam j’ai tôt fait de croquer les bonbons. Tout comme Adam un truc me reste dans la gorge : c’est un morceau mal ajusté de cette petite voiture mal fabriquée dans un pays lointain. La pochette surprise est donc comme ce serpent qui n’a pas tenu ses promesses, mais qu’importe puisqu’elle a su me faire rêver tant que je l’attendais. Je ne lui en veux pas.

Par extension du langage la pochette surprise s’est mise à contenir diplômes, permis de conduire, et tout une ribambelle de documents arborant tampon officiel et sceau d’autorité. J’y vois les regrets de l’enfance, la nostalgie du choix du cône sur son support de fer.

Fort opportunément les années d’aujourd’hui ont banni ces aubaines du sort, bonnes ou mauvaises. La modernité calculeuse ne laisse rien au hasard ou à l’incertitude. Elle aime planifier, certifier, déterminer. La pochette surprise et son contenu aléatoire sont surannés.

Laisser un commentaire