Avoir mangé du saucisson de Martigues [avwar mâZé dy sosisô de martiɡ]

Fig. A. Stand de saucisson d’Arles. Paris, 1917.

[avwar mâZé dy sosisô de martiɡ] (loc. provenc. BÊT.)
La quête scientifique de l’origine de la bêtise n’a jamais véritablement abouti.

Même si des explications sur le manque d’iode cernent le crétin des Alpes, rien de bien étayé n’est venu nous dire le pourquoi de l’idiot du village (tous départements compris), du benêt de service ou du couillon de la lune.

Il a donc fallu que le langage suranné s’en occupe et produise avoir mangé du saucisson de Martigues, expression qui pose en cette petite bourgade de Provence l’épicentre de l’épidémie d’absurdité qui va peu à peu toucher la France.

Toi t’as mangé du saucisson de Martigues …

Avoir mangé du saucisson de Martigues est d’autant plus aisée à comprendre comme figure de réthorique que la spécialité gastronomique locale, la poutargue, n’a nul besoin de pourceau pour atterrir dans les assiettes (le mulet qui en est à l’origine à tout du poisson et rien du cochon). Pour qui connaît les lieux, le saucisson n’a pas droit de cité à Martigues et en avoir mangé est donc strictement impossible.

Selon l’histoire, avoir mangé du saucisson de Martigues serait caractéristique d’un haut niveau de niaiserie depuis une incongrue tentative des Martégaux de copier le saucisson d’Arles (ville située à une cinquantaine de kilomètres de Martigues) en en plantant des graines – en réalité des grains de poivre – qui finiront bouffées par un âne alors que les braves gens étaient persuadés les avoir entendu pousser…

Il est probable que l’anecdote fondatrice ait été inventée au XVIIe siècle par des Arlésiens moqueurs et notamment par le charcutier Godart soucieux de conserver secrète cette recette de viande maigre d’âne, de porc et de bœuf, de gras de porc, de sel et de différentes épices qui fait le saucisson d’Arles et qu’il avait ramenée de Bologne en 1655.

Une histoire de clochers donnant naissance à une expression : c’est ça la France !

Le refus de l’Institut national de l’origine et de la qualité (moderne organisme de certification de tout avec apposition de certificat d’authenticité, remise de médaille et tout le toutim) de délivrer le label AOC au saucisson de Martigues au prétexte qu’il n’existe que dans le langage et que seul celui d’Arles se mange, entraînera la disparition d’avoir mangé du saucisson de Martigues.

Cette chute en désuétude n’aura aucune répercussion sur la bêtise elle-même, incontrôlable quant à elle. Mais ceci est une autre histoire.


Laisser un commentaire