My tailor is rich [maj télòr is riS]

My tailor is rich

Fig. A. Ustensiles de rich tailor. Museum of ze mode.

[maj télòr is riS] (affirm. BONNET.)
Depuis 1929 la richesse de mon tailleur est la clef d’entrée dans l’univers d’une langue certes moins nécessaire à connaître que la langue surannée mais utile tout de même : l’angliche.

Please follow the guide.

My tailor is rich (en angliche in ze texte) est en effet le premier apprentissage de l’anglais sans peine (sous entendant bien au passage qu’il est susceptible de nous en apporter beaucoup, ce qui n’est plus à démontrer) proposé par la méthode Assimil (à ne pas confondre avec la Méthode à Mimile qui, elle, nous apprend une langue plus verte et bien plus utile).

Créée par le Français Alphonse Chérel, Assimil prend le parti révolutionnaire de faire apprendre l’anglais à des Français qui font tout pour repousser la chose depuis 1119, ce qui est une gageure. Mais plutôt qu’expirer en lisant du Shakespeare dans son jus, Alphonse choisit du quotidien, du vrai, du vécu. D’où my tailor is rich.

My tailor is rich construit ainsi dans l’esprit d’auto-apprenants Français appliqués, une image d’élégance taillée du côté de Savile Row où tout couturier Anglais digne de son rang exerce son art, et le cas échéant fait fortune.

But ze problem is that ze Frenchies prononcent mal, et que maille télore iz riche n’est généralement pas compris par la petite Anglaise à laquelle on le déclare la première fois et qui prend un air contrit et interrogatif proche de celui de son Bouledogue (Anglais lui aussi) pour nous le faire savoir. Qu’importe, elle finira par comprendre la langue française, but this is another story.

Fig. B. French tailor.

Loin de rapprocher les peuples, my tailor is rich, l’accent français et le refus du moindre effort chez l’Anglois, contribueront un peu plus à éloigner du continent une île à la dérive depuis 450 000 ans.

Depuis sa kitchen, Brian essayera bien de rabibocher les meilleurs ennemis, aidé par sa sister Jenny qui is in ze bafroume, mais rien n’y fera vraiment. L’arrivée d’approximatifs, et pour autant affirmatifs, traducteurs algorithmés fera de my tailor is rich un outdated : pourquoi apprendre puisque désormais c’est automatique et sans effort ?

My tailor is rich deviendra ainsi l’emblème suranné d’une discorde cordiale qui ne se réglera probablement jamais.

Et dire que tout ça aurait pu être évité si la fille de Philippe le Bel n’était pas partie se perdre en Angleterre pour y épouser un roi…

Laisser un commentaire