Croquignolesque [kròkiNòlèsk]

Croquignolesque

Fig. A. Protège-croquignoles. Collec. privée.

Croquignolesque [kròkiNòlèsk] (adj. BIZ.)
Tout n’est pas si simple et hâtons-nous de ralentir la marche forcée vers la soi-disante vérité assénée par des explications trop pressées. Margoulins du savoir, calmez-vous !

Qu’un mot suranné resurgisse au détour d’un discours et voilà les sachants qui déboulent : « Ceci est l’origine, voici le sens, et pour ce qui est de l’étymologie j’affirme haut et fort et blablabla et blablabla »… À ceux-ci qui vont parfois un peu vite nous proposons cette définition, certes un peu besogneuse, mais complète.

Alors oui, croquignolesque signifie risible, ridicule et abracadabrantesque.

Croquignol est croquignolesque

Mais avant de tout mettre sur le dos des Pieds Nickelés et de ce Croquignol au nez à piquer les gaufrettes, véritable cerveau de la bande de bras cassés et donc de pieds du même genre, penchons-nous sereinement sur les origines du mot.

Dans la langue des fortifs’ on peut « taper sur la croquignole » pour agacer, une locution qui se transformera dans une époque plus moderne en « casser les cou***** », la croquignole étant synonyme de l’une des deux origines du monde. On peut d’ailleurs s’émouvoir que ce ne soit pas celle que Courbet décida de peindre mais ceci est un autre débat et donc une autre histoire.

Sans que l’on comprenne véritablement la relation avec le sens précédent, la croquignole est aussi une légère chiquenaude que l’on peut donner à un importun pour le remettre à sa place¹. Il est par exemple dans ce cas croquignolesque de tapoter la tête en signe de déférence exigée auprès d’un fort-en-gueule.

Les choses se compliquent, vous étiez prévenus, puisque la croquignole qu’on trouvait à Pithiviers depuis au moins Pantagruel (1532) est une pâtisserie surannée qui fit les beaux jours de la Maison Collas&Cie (deuxième à droite après le Relais de la Poste), et qu’il existe aussi des croquignoles de Reims à se glisser goulûment dans la bouche. On s’éloigne donc considérablement du bizarre puisqu’on parle art culinaire.

Enfin, en argot, croquignol est à la fois girond, joli, et le surnom dont on affuble une vieille pocharde.

Complexe n’est-il pas ? Croquignolesque pourrait s’avérer être tout à la fois risible et bizarre, mais aussi mignon ou beurré comme un Petit-LU. C’est bien pourquoi il est devenu suranné : trop d’ambiguïtés.

Et quiconque le réutiliserait aujourd’hui prendrait le risque énorme d’être incompris.

¹Certains prétendent qu’il s’agit de la croquignole que l’on peut ainsi remettre en place lorsqu’on a les bonbons qui collent au papier. Si cette explication est sujette à caution elle fait néanmoins le lien entre les deux croquignoles.

Laisser un commentaire