Souple comme un verre de lampe (être) [suple kòm ê vèr de lâp]

Souple comme un verre de lampe

Fig. A. Paradis. Allég.

[suple kòm ê vèr de lâp] (expr. pop. PLATO.)

Il va nous falloir éclairer cette définition à la lampe à pétrole pour bien la comprendre. Autant dire que pour les modernes illuminés à la diode électroluminescente (ou Led) c’est un monde empli d’ombres inquiétantes qui se fait jour; oui, l’image est osée mais notre sacerdoce suranné est de braver.

Attention, il y a du mythe de la caverne dans ces lignes : de l’accession à la connaissance, de la transmission de cette connaissance. Trêve de forfanterie, avançons vers la lumière.

La lampe à pétrole est une idée polonaise du XIXᵉ siècle (comme quoi cette période ne s’illustre pas que par la charge sabre au clair des chevau-légers de la Grande Armée), et consiste principalement en un large réservoir à forme approximative surmonté d’une cheminée de verre bizarrement bombée en son pied. Une sorte de coquetterie déterminée à marquer une rupture avec les grossiers systèmes d’éclairage constitués de vasques remplies d’huiles qui ne faisaient rien-qu’à-projeter-des-ombres-inquiétantes-sur-les-murs-pour-nous-faire-peur-et-nous-empêcher-d’aller-vers-la-vérité-non-mais-des-fois-on-ne-va-pas-se-laisser-faire¹.

Outre le fait que la lampe à pétrole nécessite pour son bon fonctionnement du pétrole dit lampant, appellation ô combien surannée elle aussi, c’est bien ce long tube fragile et transparent qui nous donnera en français être souple comme un verre de lampe.

Car le manchon silicaté est au rigide ce que le baron Kozietulski, commandant les chevau-légers polonais de Napoléon, est à l’histoire militaire : un exemple, un étalon, une gloire. Si ce n’est ce vieux professeur d’humanités chargé de m’inculquer l’art des déclinaisons qui doit être décédé puisqu’il était déjà âgé quand je ne l’étais pas, il n’y a pas plus inflexible que ce fameux verre de lampe. Et comme pour ce qui est de la raideur la langue bien pendue adore brocarder, elle a créé souple comme un verre de lampe.

L’austérité rectiligne de la pièce de verre est néanmoins absolument nécessaire : sans elle point de lumière régulière chassant les ombres et leurs formes diffuses. Être souple comme un verre de lampe s’avère parfois une qualité quand il s’agit de ne pas céder de terrain aux obscurs et à leurs sombres desseins.

Souple comme un verre de lampe s’est brisé une dernière fois lorsque le tube fluorescent, pourtant plus sec et cassant que lui, et son mercure gazeux aux atomes ionisés sont venus éclairer les cuisines, les salons et les chambres². Ce modernisme blafard qui assomme d’une lumière dégradant les couleurs et donnant un teint de cadavre au plus jolis minois, a rendu surannés et la lampe à pétrole, et souple comme un verre de lampe.

Désormais vous savez. Vous pouvez sans peur regarder les ombres s’agiter sur les murs du boudoir, elles sont propices à l’imagination, surtout si elles sont projetées par un bienveillant feu de cheminée et que vous êtes blotti dans un plaid douillet. Et si à vos pieds ronfle un chien et que vous tenez un bon livre, la caverne n’est pas très loin du Paradis.

¹#Platon
²Pratique courante quand la fée modernité s’empare de l’esprit des fabricants d’appartements aux alentours des années 70.

  1 comment for “Souple comme un verre de lampe (être) [suple kòm ê vèr de lâp]

  1. 28 août 2019 at 08:56

    J’adore ! Et facile à réutiliser !

Laisser un commentaire