Catégorie : Élégances

Proposer la botte [pròpozé la bòt]

Proposer la botte

Fig. A. Femmes à bottes. Circa 1965.

[pròpozé la bòt] (loc. libid. ESCRI.)
Du bruit que font celles des barbares marchant au pas de l’oie à celles de foin au cœur desquelles il est pour le moins agréable de faire la sieste en passant par celles de sept lieues, les bottes occupent une place de choix dans le bréviaire suranné.

To put on the Ritz [to py ɔ̃ tə ʁits]

Aussi étrange que cela puisse paraître, l'anglais a su contribuer au langage suranné.

Fig. A. Put on the Ritz.

[to py ɔ̃ tə ʁits] (loc. hôte. FIEST.)
Lat. putatis ritzum.
La langue de l’Anglois mâtinée des apports de celle de ses cousins chercheurs d’or et zigouilleurs d’Indiens du nord de l’Amérique peut, en de rares occasions, apporter une contribution au parler désuet.

Chercher une belle-mère [SèrSé yn bèlmèr]

Fig. A. Catherinettes habillées pour chercher une belle-mère. Au second plan : des regards concupiscents.

[SèrSé yn bèlmèr] (loc. marit. VÊT.)
Si l’on en croit le langage suranné et ses adages sentencieux, l’habit ne ferait pas le moine mais plutôt la bru.

Se péter les bretelles [se pété lé bretèl]

se péter les bretelles

Fig. A. Homme satisfait de lui-même.

[se pété lé bretèl] (expr. auto-satis. QUÉB.)
Si c’est originaire de la Belle Province c’est nécessairement suranné puisqu’en cette terre résonne la langue française du XVIIᵉ (avec quelques inflexions et évolutions évidemment, mais ceci est une autre histoire).

Avoir de la paille dans les sabots [avwar de la paj dâ lé sabo]

Fig. A. Rencontre entre un Parisien et un Loir-et-Chérien.

[avwar de la paj dâ lé sabo] (loc. pays. PROVIN.)
Si le charme enjôleur des ingénues provinciales prêtes à croire le moindre coureur de prétentaine qui leur propose la botte n’est plus à dire, l’attitude plus brut de pomme de ceux qui par exemple habitent dans le Loir-et-Cher (ces gens là ne font pas de manière) nécessite une expression travaillée en finesse pour donner sa pleine mesure.

Porter des chaussettes des deux paroisses [pòrté dé Sosèt dé dö parwas]

Fig. A. Chaussette d’une paroisse.

[pòrté dé Sosèt dé dö parwas] (loc. cléric. BONNET.)
Outre la vie, l’amour, l’argent, les amis et les roses qui demeureront jusqu’à la fin des temps les mystères les plus insondables de l’humanité, s’est adjoint à ce quintette métaphysique étudié par les plus grands¹ une petite pièce de coton peigné, de lin ou de fil d’Écosse bien énigmatique elle aussi : la chaussette masculine.

Avoir la tête près du bonnet [avwar la tèt prè dy bònè]

avoir la tête près du bonnet

Fig. A. Un bonnet qui gratte. Collec. privée.

[avwar la tèt prè dy bònè] (loc. lain. BONN.)
C‘est en laissant penser qu’elle enfonçait des portes ouvertes que la langue surannée s’est construite, cachant ainsi à ceux qui n’étaient pas destinés à la parler le sens de ses expressions.