Maître Capelo [mètre kapèlo]

Maître Capelo

Fig. C. Légendaire nourrain de Maître Capelo. Musée FR3 Limoges.

[mètre kapèlo] (n. pr. JEUX 20 H.)
Le 20 mars 2011, Jacques Capelovici abandonne définitivement l’orthographe et la grammaire à l’époque moderne, submergé par un participe passé désaccordé ou un ça devenu sa.

Trois fois rien diront les nouveaux du troisième millénaire qui « croivent que les animals sont une espèce humaine comme les autres », mais un monde obscur qu’il faut vite fuir pour un vieux suranné comme Maître Capelo.

Bien que né en 1922 selon l’état civil, Maître Capelo vient véritablement au monde en 1976 grâce à ses apparitions scansions des Jeux de 20 heures, grand rendez-vous médiatico-culturelo-provincial de la France qui ne connaît pas encore la Poursuite Triviale.

Maître, Jacques Capelovici l’avait été, puisque professeur d’allemand au cours complémentaire du 93 rue d’Alésia en 1952, puis professeur d’anglais à l’École commerciale de la chambre de commerce et d’industrie de Paris à la fin des années 1950 et au début des années 1960, et enfin professeur d’anglais au lycée Lakanal de 1956 aux années 1980. Il faut dire que le bougre était agrégé d’anglais, certifié d’allemand, diplômé d’italien et de scandinave ancien. Je me suis laissé dire qu’il commettait quelques fautes à l’imparfait du subjonctif en scandinave ancien mais nous lui pardonnerons¹.

Maître Capelo touchait sa bille en orthographe, en accord du participe passé en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte, et en aphorismes de bas étages et calembours du café du commerce qui étaient sa véritable signature, faisant de ce grammairien droit dans ses bottes une source de rigolades dignes de l’Almanach Vermot, donc appréciables.

De sa voix de tête éraillée il confirmait péremptoire ou corrigeait martial la réponse d’une célébrité ou d’un obscur candidat du terroir à une question bafouillée par le souriant et toujours essoufflé Jean-Pierre Descombes.

« Oui Madame, 50 francs pour vous, 100 pour le nourrain »

« Oui Madame, 50 francs pour vous, 100 pour le nourrain » répondait positivement Maître Capelo à cette candidate qui venait de briller avec une bonne réponse et on entendait le bruit de la pièce qui tombait dans la tirelire. Et immanquablement je comprenais « pour le bourrin », ne pigeant pas vraiment ce que venait faire le cavale dans l’histoire puisqu’il s’agissait de toute évidence d’un cochon rose à souhait qui servait de collecteur. Cela me prit quelques années pour entendre « nourrain » et chercher chez Robert ou Larousse le sens défini de ce jeune porc qu’on engraisse.

Une fois de plus, grâce à Maître Capelo j’étais un peu moins bête. Qu’il en soit dignement remercié en ces modestes lignes.

Maître Capelo repose à Montparnasse sous une pierre de bon aloi. Sans épitaphe. Du grec επιταφιος « qui se célèbre sur un tombeau ».

¹Moi-même chez Ikéa je confonds toujours le Mästrøferrystrüffe avec les Krœøgroll. J’en ai plusieurs chez moi dont je ne sais que faire si ça vous intéresse.

Laisser un commentaire