Collier de bonbons [kɔlje a bɔ̃bɔ̃]

Fig. A. Blondinette à couettes.

[kɔlje a bɔ̃bɔ̃] (gr. n. CONFIS.)
Je sais bien qu’ils existent encore, j’en ai vus dans un bocal à la boulangerie. Ça n’en fait pas des modernes pour autant, croyez-moi.

Il ne suffit pas d’avoir disparu pour être suranné. Non, ce qu’il faut c’est avoir un je-ne-sais-quoi de désuet, d’antan, d’enfance et aujourd’hui comme on est dans le sucré on est certain d’être suranné…

Le collier de bonbons est à l’époque de son règne la hantise des mamans.

Piquouzées qu’elles le sont à la lutte anti-caries à coup de brossage des dents de haut en bas pendant au moins trois minutes et ce trois fois par jour, assommées par la pression publicitaire concertée de Procter&Gamble et de l’Association Dentaire Française (vendue au grand capital), les mamans (avec la mienne en tête) ont donc décidé de combattre sans merci le terrible collier de bonbons de leurs cauchemars.

Heureusement à cette époque il y a encore des papas (les insouciants) et des mamies (les complices) pour nous aider à contourner l’ennemi par le flanc. Donc en rusant comme il faut je parviens à mes fins et obtiens l’autorisation de me pavaner avec un collier de bonbons autour du cou.

La mode surannée voulant que je porte des pulls col roulé, le sucre s’incrustera peu à peu sur la pièce d’étoffe 100% acrylique et parviendra même à la teindre d’un joli camaïeu aléatoire que Bonux peinera à effacer, c’est vous dire. Ça colle et ça tache mais qu’importe je suis content avec mon collier de bonbons.

Les naïfs croient que la fonction du collier de bonbons est gustative et ludique. Crédules que vous êtes ! Le collier de bonbons est en fait un piège à blondinettes à couettes. Mais oui, réfléchissez : si elles veulent en goûter, elles devront s’approcher, et comme l’élastique n’est pas très extensible elles viendront les croquer dans mon cou. Et plus elles sont gourmandes plus elles se pendent à mon cou. À la récré je suis le roi du monde.

Les années surannées s’en vont comme le stratagème semble désormais éventé (mais comment ont-elles su ?).

J’ai essayé d’en porter mais j’ai juste taché ma chemise, personne n’est venu mordiller. J’ai l’impression que le collier de bonbons ne les intéresse plus. Aujourd’hui elles préfèrent ceux de perles ou encore de diamants à ceux faits de sirop de glucose et de colorants E101, E120 et E133.

Certes c’est joli, ça fait moins de caries mais ça n’aide pas beaucoup aux bisous dans le cou.

Laisser un commentaire