Prendre un coup de chignole [prâdr û ku de SiNòl]

Prendre un coup de chignole

Fig. A. Artisanat et chignole. © Fein.

[prâdr û ku de SiNòl] (loc. coqu. X.)
L‘artisan menuisier des années surannées, sûr de son geste et adroit de son outil qu’il manipule depuis qu’il est arpette, n’est pas à l’origine d’une expression qui semble à première lecture souligner un certain manque d’adresse, la chignole n’étant pas destinée à frapper à l’instar de son collègue marteau.

Prendre un coup de chignole n’est pas véritablement du registre bricoleur.

De même l’expression ne fait pas appel à la chignole désignant tout objet comprenant une partie en mouvement rotatif (au premier chef desquels on compte la voiture).

Malgré cela, la chignole invoquée dans l’expression se veut proche de celle à manivelle, à drille ou à vilebrequin, et de leur travail de fraisage, distillant une référence à l’intromission d’un outil quelconque (généralement une mèche) dans un corps solide.

Le répertoire gaulois visé par prendre un coup de chignole demande un effort d’imagination lié au fonctionnement de l’ancêtre de la perceuse, ce qui exclut de son champ d’application tous les réfractaires aux travaux manuels capables de se couper en repeignant le plafond¹ mais rassemble tous les obnubilés du Popaul grands amateurs de chignole.

Prendre un coup de chignole ne percera jamais vraiment en dehors d’abbayes des s’offre-à-tous où l’on facture l’affection au prix fort et, surtout, où l’on développe un langage codifié chargé d’édulcorer².

En effet, dès 1895, Emil Fein dépose le brevet de la première perceuse électroportative qui fera le succès mondial de la société créée par son père et son oncle, et qui barrera la route du succès à prendre un coup de chignole. Dans cet empire du burinage, du ponçage, du perçage et de la scie sauteuse (cf. fig. A), il n’est pas question de laisser la grivoiserie perturber des affaires qu’on pressent florissantes pour les décennies à venir³.

Prendre un coup de chignole prend donc un coup sur le groin et se retire séance tenante dans son pré carré et salace pour y devenir surannée.

Être bien outillé tentera de reprendre le flambeau bricolo-luxurieux sans vraiment y parvenir, mais ceci est une autre histoire.

¹In Pilote n°317 (18 novembre 1965) puis Les Dingodossiers (tome 2, 1972), Marcel Gotlib.
²Chatouille des coulisses, savonnette impériale russe, chauffage au gaz, etc.
³Marché du bricolage : 25 milliards d’euros en France.

Laisser un commentaire