Modem 56 kbits/s [mòdèm sêkât-sis kbits]

Fig. G. Dzing-dzingue-boing-boing-boing-twiiiiiiiiit.

[mòdèm sêkât-sis kbits] (n. com. TECHNO.)
Non, ami djeuns’ féru de chose publique, Modem n’a pas toujours été un parti politique.

De son nom complet Modem 56 kbits/s (il existe d’autres versions numérotées différemment mais nous nous concentrerons en cette définition sur Modem 56 kbits/s) il fut avant tout un dispositif électronique convertissant données numériques en données analogiques et vice versa. Et, ce faisant, le lien indispensable aux premiers Internets…

Certes le Modem 56 kbits/s est un outil mais c’est aussi et surtout un son. Une modulation étrange hésitant entre le râle d’un extra-terrestre perdu dans l’hyper-espace et l’écho émis par un trou noir aspirant une galaxie, ou encore une sirène d’alerte prévenant de l’approche imminente d’une catastrophe de niveau 10 sur une échelle de 1 à 5.

Un dzing-dzingue-boing-boing-boing-twiiiiiiiiit qui, pour la génération surannée découvrant qu’on peut communiquer autrement qu’en s’écrivant des lettres ou en se parlant, marque aussi le temps de la modernité.

Oui, lecteur djeuns’, le dzing-dzingue-boing-boing-boing-twiiiiiiiiit du Modem 56 kbits/s c’est l’hallali qui sonne la fin des mots écrits sur un petit bout de papier qui passent de rang en rang jusqu’à la blondinette qui nous tourne le dos (pour toi cela s’appelle désormais un email), du badge épinglé sur le sac US (pour toi c’est un Snap), du Polaroid précieux avec cet amour de vacances (qui équivaut pour toi à Instagram).

Ce qui fait aussi pour toi du Modem 56 kbits/s l’élément le plus suranné qui soit en matière de technologie numérique (si ce n’est le Minitel, mais ceci est une autre histoire), marquant bien le point de rupture qu’il constitue : avant le Modem 56 kbits/s, les temps surannés, après le Modem 56 kbits/s, les temps modernes.

Nous ne saurions préciser si l’invisible Wifi ou son incompréhensible concurrent en certaines choses le Bluetooth, sont ceux qui poussèrent le Modem 56 kbits/s du côté suranné. À moins que ce ne soit l’Asymmetric Digital Subscriber Line (ADSL) et son mode fast path, le faux ami Ethernet, ou encore l’un des amphigouriques acronymes qui déterminent la modernité.

Quoi qu’il en soit dzing-dzingue-boing-boing-boing-twiiiiiiiiit du Modem 56 kbits/s c’est vraiment désuet.

Laisser un commentaire