Avoir le rideau coincé dans la fenêtre [avwar le rido kwêsé dâ la fenètr]

Avoir le rideau coincé dans la fenêtre

Fig. A. Fenêtre à la française, rideau de voile léger.

[avwar le rido kwêsé dâ la fenètr] (loc. verb. arg. DECO.)
La caractéristique numéro un du langage suranné est évidemment qu’il n’est plus guère usité. Cela est entendu. Mais il en est une autre qui est celle de sa saveur, truculente, bien souvent cause de sa désuétude.

C’est qu’il faut l’assumer l’image surgie de derrière les fagots, c’est qu’il faut la porter la catachrèse tout en argot, c’est qu’il faut la sortir la métaphore d’Aubervilliers ou d’ailleurs.

Pas piquée des hannetons est l’expression en cours de dissection ci-dessous : avoir le rideau coincé dans la fenêtre demande une capacité d’imagination que peu de nos concitoyens possèdent (sans quoi ils parleraient suranné eux aussi et la vie serait parfaite). J’en vois certains qui réfléchissent : je vous laisse un instant.

🎶interlude🎶

Le sens propre d’avoir le rideau coincé dans la fenêtre, c’est certain, vous l’avez. Que celui qui n’a jamais coincé le rideau du salon en refermant négligemment la fenêtre du salon lève le doigt. Un petit courant d’air opportun et hop, le tissu qui se glisse vicieusement entre les deux battants, vous voyez le problème.

Et le sens figuré, celui qui est suranné ? Ça y est ? Ça vient ? Ne baissez pas les yeux, penauds : oui, avoir le rideau coincé dans la fenêtre c’est bel et bien se retrouver avec une lingerie mal ajustée et peu seyante. Comme il existe deux écoles majeures dans la fenêtre (celle des fenêtres à la française avec un ou deux battants et celle des fenêtres à l’anglaise avec son ouverture vers l’extérieur), il existe deux écoles majeures dans l’interprétation d’avoir le rideau coincé dans la fenêtre.

Le sujet est ardu, concentrez-vous.

Dans les deux cas il est acquis que le rideau n’est que lingerie. Si l’on parle slip kangourou, la fenêtre est région glutéale, le pli interfessier tenant lieu de jointure des fenêtres. Facile.

Mais si l’on parle bonneterie féminine, certains verront une fenêtre côté jardin, d’autres iront faire un tour côté cour. Deux écoles disions-nous. Précisons que dans le cas d’une fenêtre à l’anglaise, la langue de Shakespeare utilise le terme de camel toe, mais n’allons pas plus loin, c’est une encyclopédie française ici.

Malgré toutes nos recherches nous sommes dans l’impossibilité de départager ces acceptions. Plus avant, nous conseillons même l’utilisation dans chaque cas d’avoir le rideau coincé dans la fenêtre.

Il est cela dit peu de possibilités d’user de l’expression aujourd’hui. Stores enrouleurs, stores vénitiens, stores bateaux, stores à bandes verticales, stores plissés, créés précisément pour ne pas se coincer dans la fenêtre ont fait peu à peu oublier les rideaux. L’homme moderne veut du pratique, sa femme aussi, et il est absolument inconcevable pour eux d’avoir le rideau coincé dans la fenêtre.

Quant à la lingerie, string et tanga on fait un argument d’avoir le rideau coincé dans la fenêtre, le monnayant au prix fort. En modernité tout se vend, même si on ne le dit plus.

  1 comment for “Avoir le rideau coincé dans la fenêtre [avwar le rido kwêsé dâ la fenètr]

  1. 24 février 2018 at 12:06

    Voir aussi le savoureux mais moins délicat « avoir la corde coincée dans la poulie ». Ce qui peut déboucher sur « le foin qui sort de la charrette » ou « le persil qui dépasse du cabas ».

Laisser un commentaire