Enfant sauvage capturé dans les bois par les hommes vers l’âge de 3 ans, Olivier Genevois ne parlait alors que le latin comme les loups qui l’avaient nourri.

Fig. A. Olivier Genevois.

Confié à des moines Shaolin qui lui enseignèrent l’art ancestral du kung-fu 少林功夫, revendu à un laboratoire pour des expérimentations militaires, il a ensuite développé d’étranges capacités qui lui permettent de se mouvoir dans tous les univers, du bistrot de province (Au père tranquille, le Penalty, Vaut mieux être ici qu’en face, Balto, etc.) au cocktail ampoulé (inauguration, vernissage, avant-première, bal des débutantes…) et surtout d’y parler le langage adéquat.

Ce super-pouvoir l’a doté des terribles mots surannés le rendant capable de terrasser des dragons, d’escalader des montagnes, de courir des centaines de kilomètres, de braver des animaux sauvages, de faire se lever des foules entières.

  6 comments for “

  1. Gérard Polo
    12 janvier 2017 at 15:24

    Mon cher Olivier,
    Comme je te reconnais et t’apprécie encore plus au travers de ce délicieux site que tu as créé. C’est un immense bravo que je t’adresse !
    Quel merveilleux voyage sur le chemin interminable des mots je découvre. C’est un immense plaisir culturel et émotionnel qui me transporte.
    Ne t’arrête surtout pas. Je te suis.
    Je t’embrasse.
    Gérard Polo

    • Olivier Genevois
      12 janvier 2017 at 15:31

      Merci Gérard.

  2. Bénédicte
    16 mars 2017 at 12:02

    Bravo ! Votre site est excellent !
    Complètement conquise par cette manifestation de mots délicieusement surannés.
    Ils sont une belle source d’inspiration…

    • Olivier Genevois
      16 mars 2017 at 12:06

      Merci beaucoup.

  3. Stephane Bouzard
    4 septembre 2019 at 10:12

    Proposition…
    L’expression « Blanchir sous le harnais », apparue au XVIIe siècle, ne s’appliquait auparavant qu’au domaine des métiers d’armes. Le harnais était en effet une sorte d’armure. Il pourrait alors s’agir d’une image très simple selon laquelle les cheveux se font blancs sous l’armure tant celui qui la porte a d’expérience. En fait, par homologie et s’agissant des militaires prenant cheveux blancs pendant leur temps de service, cela signifie simplement « Acquérir de l’expérience ».
    Bien cordialement

Laisser un commentaire