Enfant sauvage capturé dans les bois par les hommes vers l’âge de 3 ans, Olivier Genevois ne parlait alors que le latin comme les loups qui l’avaient nourri.

Olivier Genevois.

Fig. A. Olivier Genevois.

Confié à des moines Shaolin qui lui enseignèrent l’art ancestral du kung-fu 少林功夫, revendu à un laboratoire pour des expérimentations militaires, il a ensuite développé d’étranges capacités qui lui permettent de se mouvoir dans tous les univers, du bistrot de province (Au père tranquille, le Penalty, Vaut mieux être ici qu’en face, Balto, etc.) au cocktail ampoulé (inauguration, vernissage, avant-première, bal des débutantes…) et surtout d’y parler le langage adéquat.

Ce super-pouvoir l’a doté des terribles mots surannés le rendant capable de terrasser des dragons, d’escalader des montagnes, de courir des centaines de kilomètres, de braver des animaux sauvages, de faire se lever des foules entières.

Pour lui écrire : contact[chez]mots-surannes.fr

  18 comments for “

Laisser un commentaire