Branleuse de gendarme [brâlöz de Zâdarm]

Branleuse de gendarme

Fig. 1. « La branleuse de gendarme ». Edgar Degas.

[brâlöz de Zâdarm] (arg. X)
X. Ah sacrés sacripants, j’ai vu votre moue libidineuse en lisant le titre de cette chronique et son énorme X qui annonce la couleur. Je vous ai bien eus parce qu’il ne sera pas une seconde question de descendre en dessous de la ceinture. Les excités vous pouvez sortir.

Pour commencer nous allons causer métallurgie, ça va vous calmer un peu.

Ici point de maréchaussée qui rôde, Jean-Nicolas Gendarme est celui dont il est question dans branleuse de gendarme. Né en Ardennes en 1769 (lieu et époque surannés), le brave homme est un maître de forges doté d’un redoutable sens des affaires. Mettant son art au service de la fabrication des armes nécessaires aux conquêtes militaires napoléoniennes jusqu’en 1815, il fait ensuite évoluer sa production vers celle… des fers à repasser ! Et comme ces triangles de fonte qui feront sa fortune sont marqués de son nom, ils prendront bien vite l’appellation générique de gendarme.

Comme votre esprit est vif et acéré vous avez déjà déduit que la branleuse de gendarme est le nom que l’on donne à une époque en fonte à la repasseuse. Toute la sainte journée cette professionnelle de la propreté va et vient avec un gendarme chaud comme la braise sur les chemises, les cols droits et les draps, elle soigne les poignets mousquetaire, elle arrange les faux plis, elle gaufre, elle empèse, elle amidonne et elle rigidifie, et grâce à son précieux savoir-faire vous êtes propres et beaux comme un sou neuf sur la photo de famille. Oui je vous le dis, la branleuse de gendarme est une ouvrière de talent¹.

Les chagrins me feront remarquer que le suranné est sexiste puisqu’il ne prévoit pas l’usage masculin d’un branleur de gendarme. Je resterai coi et s’ils insistent leur confirmerai que oui, le suranné sait être sexiste.

En 1917 Calor commercialise les premiers fers à repasser électriques. C’est le crépuscule de la branleuse de gendarme. Dix ans plus tard, la vapeur sourd des semelles des fers et tout un chacun se croit branleuse de gendarme lorsque arrive la centrale à vapeur dans les années modernes. La repasseuse se meurt et la chemise immaculée et impeccable se fait la malle. Désormais, de conseils d’administration en présidence de la République le froissé fait son chemin, le pli se fausse et la tenue se défausse.

Si dans votre carnet d’adresse vous avez encore une branleuse de gendarme choyez-la ! N’oubliez pas qu’une encolure plissée n’incitera pas à la flatter, ce serait grand dommage².

¹Il m’est régulièrement donné de comparer mon art du repassage au sien pour vérifier que je ne possède aucun talent en la matière.
²Surtout si la flatteuse est une jolie blonde, mais vous vous en doutiez.

Laisser un commentaire