Zigounette [ziɡunèt]

zigounette

Fig. Z. David, colosse à zigounette. 1501-1504.

[ziɡunèt] (n. fém. MASC.)
J‘avais un instant envisagé d’interdire cette chronique aux moins de 18 ans mais elle ne traite finalement que de bien peu. Toi mon jeune lecteur mineur, tu peux donc rester.

Après tout, tu en connais tellement sur l’origine du monde¹ depuis que les Internets te sont ouverts que ce n’est pas une zigounette qui pourra t’offusquer. Sus à la censure si j’ose dire.

Si l’objet susnommé n’est en rien suranné, l’appellation dont il est question en ces lignes l’est, elle. Selon toutes les études sémantiques réalisées, c’est la bite qui domine depuis plusieurs années, la zigounette demeurant cantonnée à la découverte des propriétés élastiques de la chose pour le petit garçon de moins de trois ans (ou la petite fille curieuse). Le temps qui passe la contraint ensuite à demeurer en enfance, période surannée de la vie comme chacun le sait.

“Pendant des siècles les hommes ont été dotés d’une zigounette”

Il n’en a pourtant pas toujours été ainsi.

De la Grèce antique à la Renaissance italienne c’est bien la zigounette qui se taille la part du lion au milieu de l’arène des dénominations plus ou moins imagées de l’appareil génital masculin. Cette vérité trop longtemps étouffée par des chercheurs honteux et pudibonds qui préféraient poser une feuille de vigne sur l’objet du délit peut enfin éclater au grand jour : pendant des siècles les hommes ont été dotés d’une zigounette !

Du reste de nombreuses traces évidentes en témoignent : le David de Michel-Ange en est certainement la quintessence. Et que dire de la foultitude de nus de marbre qui se bousculent dans les travées de nos musées mausolées. Zigounette, zigounette et encore zigounette les affublent.

C’est donc entendu, zigounette est bien désuète. Elle fut portée par nos ancêtres, c’est un fait, puis remplacée au fil du temps par de plus imposants attributs, c’est ainsi.

Comme il me faut vous informer de toutes les vicissitudes du mot j’attirerai ici votre attention bienveillante sur le dépôt de la marque zigounette(s) auprès de l’Institut Nationale de la Propriété Industrielle (BOPI 2014-09 du 28 février 2014)² par la SARL Zézette la belle époque, biscuiterie traditionnelle fabriquant les fameuses Zézettes de Sète. La mercatique récupératrice du suranné pour mieux se faire valoir, ce n’est ni une première ni la dernière fois…

Notons aussi pour être totalement exact que zigounette aurait vu sa forme figée par l’argot du milieu du XXᵉ siècle, à une période où gambadaient dans une joyeuse farandole et avec la même insouciance bistouquette, quéquette, kiki et autre biroute.

Comme souvent quand il s’agit de raconter ce qui se passe sous la ceinture de nombreuses rumeurs circulent, des vantardises pour la plupart et peu de preuves à se mettre sous la dent. Les mœurs ont bien changé depuis celles impudiques et sans complexes des héros de l’Olympe qui posaient pour la postérité toute zigounette au vent. Est-ce là un bien grand mal ?

¹Au sens Courbetien s’entend.
²Authentique, vous pouvez vérifier.

  9 comments for “Zigounette [ziɡunèt]

  1. Marie
    12 août 2016 at 08:29

    Orlando Bloom, récemment, a finalement fait peu de cas du changement de mœurs… 🙂 Et ma foi, sa plastique personnelle n’a vraiment rien à envier à David, bien au contraire. Mais faisons fi de l’académisme dans cette “matière” et dans ce cas précis.

    D’autre part, si zigounettes à déguster on peut trouver à Sète, n’oublions pas que les Coucougnettes du Vert Galant font les délices des bouches gasconnes…

    • Olivier
      12 août 2016 at 08:31

      C’est qui Orlando Boum ?

  2. Marie
    12 août 2016 at 08:32

    Mauvais joueur… 🙂

    • Olivier Genevois
      12 août 2016 at 08:34

      Je ne joue pas dans la même catégorie. Je suis actuellement aux JO.

  3. Marie
    12 août 2016 at 08:38

    Aaaaaah c’est pour çaaaaa !!!!

    • Olivier
      12 août 2016 at 08:41

      Comme précisé ci-dessus “Comme souvent quand il s’agit de raconter ce qui se passe sous la ceinture de nombreuses rumeurs circulent, des vantardises pour la plupart et peu de preuves à se mettre sous la dent.”

  4. Hadrien
    18 août 2016 at 14:27

    Pour citer le grand-maître Desproges “se promener yeux dans les yeux, main dans la main et la zigounette dans le pilou-pilou”

    • Olivier Genevois
      18 août 2016 at 14:30

      Dieu le tripote.

Laisser un commentaire