Catégorie : Classé X

Tirelipimpon sur le chihuahua [tirlipêpô syr le Siÿaÿa]

Tirelipimpon sur le chihuahua

Fig. H. Chihuahua bien tirelipimponé.

[tirlipêpô syr le Siÿaÿa] (form. ritu. BAGAT.)
Si la créativité linguistique s’exerce de façon aussi pointue dans le domaine de la bagatelle que celle que nous allons étudier, c’est bien qu’il existe un tabou à nommer directement ce qui relève de l’exercice luxurieux avec les mots du quotidien.

Avoir des oranges sur la cheminée [avwar déz- òrâZ syr la Seminé]

Fig. Q. Cadeau de Noël. Musée Cosette.

[avwar déz- òrâZ syr la Seminé] (loc. verb. ROBER.)
SYN. Y avoir du monde au balcon
Ami djeuns’, voici de quoi moucher le vieux con suranné de la Belle Époque qui te serinera une fois de trop avec la profusion de biens à ta disposition pour tes loisirs et ton insatisfaction patente devant un Wifi bredouillant, quand lui « n’avait qu’une ou deux oranges à Noël et qu’il en était heureux. Ah, il les revoit, là, posées sur la cheminée… ».

Être porté sur l’article [ètre pòrté syr lartikl]

Fig. A. Clients évaluant l’article avant de se décider à consommer.

[ètre pòrté syr lartikl] (loc. verb. SALAD.)
Le poissonnier hâbleur clamant qu’il est beau son poisson, qu’il est frais son poisson, le maraîcher bramant que sa salade est verte quand celui du stand d’en face lui réplique haut et fort que chez lui elles sont belles ses tomates, elles sont belles, nous induiraient en erreur si nous les prenions en exemple.

Agacer le sous-préfet [aɡasé le supréfè]

Fig. Affection du poignet causée par un agacement excessif du sous-préfet. Fac. médec. Paris.

[aɡasé le supréfè] (loc. verb. HAUT-FONCT.)
Les rédacteurs du décret no 64-260 du 14 mars 1964 portant statut des sous-préfets n’ont pas pensé à tout.

Pourtant les vingt neuf articles ont été rédigés sur le rapport du Premier ministre, du ministre d’État chargé de la réforme administrative, du ministre de l’intérieur, du ministre des finances et des affaires économiques et du secrétaire d’État au budget.

Popaul [pòpol]

Popaul

Fig. A. Enlarge your Popaul.

[pòpol] (dimin. PRÉN.)
Échappant par on ne sait quel miracle à la censure, en 1975 le gourmand Pierre Perret nous chante en souriant que tout tout tout, nous saurons tout sur le zizi, le vrai le faux, le laid le beau, le dur le mou qui a un grand cou, le gros touffu, le p’tit joufflu, le grand ridé le mont pelé, tout tout tout tout, il nous dira tout sur le zizi¹.

Donner deux jambons pour une andouille [dòné dö Zâbô pur yn âduj]

Donner deux jambons pour une andouille

Fig. A. Jambon, andouille et saucisses.

[dòné dö Zâbô pur yn âduj] (loc. verb. BOUCHER.)
Selon certains experts reprenant l’expression de Kipling, il s’agirait « du plus vieux métier du monde »¹. Nous laisserons aux savants leur interprétation sur les origines de la tarification de l’usage du corps, et nous bornerons à examiner ici ce que la langue surannée a su composer pour exprimer la prostitution féminine.

Chaud comme une baraque à frites [So kòm yn barak a frit]

Chaud comme une baraque à frites

Fig. F. Frites chaudes dans leur cornet de papier journal traditionnel. Courtesy from The French fries museum, NY.

So kòm yn barak a frit] (loc. adj. PDT.)
La frite à dorer¹, Chez Michel et Véronique¹, Tutty Friterie¹, Frank Frites & Burgers¹, La Frite Rit¹, sont autant d’établissements réputés (dans leur quartier voire plus loin) pour leur savoir-faire en cuisson de bâtonnets de pomme de terre puis assaisonnement en sel et accompagnement en sauce ketchup, moutarde, mayonnaise.

Avoir l’abat-jour au ras de l’ampoule [avwar labatZur o ra de lâpul]

Fig. A. Abat-jour au ras de l’ampoule.

[avwar labatZur o ra de lâpul] (loc. verb. LUX.)
Protéger les yeux de l’éblouissement : telle est la fonction première de l’abat-jour; la secondaire étant l’apport d’une preuve de bon goût et d’un indéniable sens de la décoration d’intérieur qui resteront cependant une autre histoire en ces lignes. Demeurons donc primaires et attachons-nous à cet accessoire qui préserve la vue d’une lumière trop intense qui pourrait lui causer des dommages.

Voir le loup [vwar le lu]

voir le loup

Fig. A. Loup y es-tu ?

[vwar le lu] (loc. verb. HOUUU.)

Depuis Plaute et sa Comédie des ânes (-195 av. JC), l’on sait que homo homini lupus est

Pline l’Ancien, Rabelais, Agrippa d’Aubigné, Francis Bacon, Hobbes, Schopenhauer, Freud n’ont fait que reprendre cette pessimiste locution pour la mettre à leur sauce, confirmant cependant le caractère agressif de leurs contemporains humains. Et ce faisant, d’un loup qui n’avait rien demandé.