Catégorie : Élégances

La veste d’intérieur en soie matelassée [la vɛst dɛ̃teʁjœʁ ɑ̃ swa matlase]

Fig. A. La veste d’intérieur en soie matelassée est un mystère épais.

[la vɛst dɛ̃teʁjœʁ ɑ̃ swa matlase] (gr. n. MOD.)
La veste d’intérieur en soie matelassée vient récemment de quitter le stade du has-been¹ pour entrer en surannéité².

C’est une sacrée nouvelle que les journaux et télévisions complices du modernisme et de l’obsolescence programmée ont bien cachée à nos contemporains. Il est grand temps de rétablir la vérité.

La veste d’intérieur en soie matelassée vous l’avez forcément aperçue dans quelque représentation cinématographique mettant en scène Jean Gabin ou l’un de ses compères, vous l’avez croisée aussi sur des photos de ces vieilles pub american way of life des fifties ou des sixties, vous questionnant sur son véritable sens, je le sais.

La veste d’intérieur en soie matelassée est un mystère épais et j’admets moi-même une certaine circonspection devant la chose. Mais il en est ainsi du suranné, toujours prompt à nous étonner. J’en reste coi.

¹Courbe O tempora o mores
²Selon une étude IPSOS/Fashion Police® du 1er février 2015

Les coudières [le _kudjɛʁ_]

Fig. A. Les coudières de Monsieur sont prêtes, Monsieur.

[le _kudjɛʁ_] (n.m. MOD. PARAD.)
Deux concepts complexes, j’en conviens, à envisager de concert : la mode et le suranné. Oui complexes parce qu’a priori l’un est exclusif de l’autre (cf. Courbe o tempora o mores) : comment être suranné et à la mode à la fois ? Ce qui est à la mode est courant voire commun alors que ce qui est suranné est passé voire rare. Comme rien ne m’effraie (la Rédaction ne recule devant rien, je l’ai déjà dit et prouvé) j’ai beaucoup cherché et trouvé la réponse à cette équation à deux inconnues : les coudières ! Eh oui, les coudières sont la réponse à l’une des questions les plus complexes de l’humanité. Ceci vous esbaudit, je vous comprends.

Le mouchoir en tissu [lə muʃwaʁ ɑ̃ tisy]

Fig. B. Une pochette de tissu pouvant, le cas échéant, faire office de mouchoir.

Fig. B. Une pochette de tissu pouvant, le cas échéant, faire office de mouchoir.

[lə muʃwaʁ ɑ̃ tisy] (access. TISS.)
Automne et températures frisquettes obligent, voici que la goutte au nez revient et avec elle son corollaire : le mouchoir.

Un rapide aparté sur le reniflement et le mouchage dit “à la russe” particulièrement apprécié des réalisateurs sportifs (puisqu’ils nous le filment en gros plan) et des footballeurs (puisqu’ils en abusent à satiété) : c’est dégueulasse et pis c’est tout.

Revenons donc au mouchoir. Nous en avions parlé ici dans son acception séductrice mais il est temps de l’aborder sous ses aspects techniques, vous êtes grands désormais. Oui le mouchoir est l’enjeu d’un terrible combat entre anciens et modernes. Oui le mouchoir peut être merveilleusement suranné ou médiocrement efficace et hygiéniste.

Robe à smocks [ʁɔb a smɔk]

Fig. H. Caroline Ingalls se rendant à l’office.

[ʁɔb a smɔk] (mod. ROB.)
Avec la robe à smocks voici donc le retour de ma face la plus sombre : mon côté tratra. Car oui je le proclame, la robe à smocks avec ses fronces multiples et son col Claudine intègre haut la main le dressing suranné de la femme à la mode. Nul ne saurait le contester sauf à faire preuve d’une évidente mauvaise foi. Et si elle est portée comme il se doit, c’est à dire avec socquettes et souliers vernis de bon aloi, alors elle est vertu et innocence. Ah Mary et Laura Ingalls gambadant dans la prairie, accompagnant ce juste Charles jusqu’à la scierie ou aidant la douce et belle Caroline à ramasser les haricots… Ah, la robe à smocks est un délice. Et voilà, vous me faites divaguer. Et qui c’est qui va encore avoir maille à partir avec les féministes de la #team1erdegré ?

 

Conter fleurette [kɔ̃te flœʁɛt]

Fig 1. Conter fleurette à la belle blonde.

[kɔ̃te flœʁɛt] (gr. verb. AMOU.)
Conter fleurette date du temps des billets doux à l’encre de Chine, quand prendre la plume avait une force, quand le bel orthographe faisait minauder tout autant que le beau parler. Autant dire qu’il s’agit d’une autre époque voire d’une autre planète.

Aujourd’hui on pécho à coup de 06 à la syntaxe martienne et un émoticône remplace le papier parfumé pour la subtilité. La fleurette a bel et bien fané. Conter fleurette s’en est allé, peut-être est-il caché dans une prairie ensoleillée, peut-être est-il occis par Monsanto et la télé-réalité qui n’ont que faire du temps d’avant.

Viens mignonne, allons quand même voir si la rose qui ce matin avait déclose, etc.

 

Aller chez le merlan [ale ʃe lə mɛʁlɑ̃]

Aller chez le merlan

Fig. C. Chez le merlan.

[ale ʃe lə mɛʁlɑ̃] (exp. coiff. L’OREA.)
Ah que voilà une expression qui sent la gomina, le garçon maniéré et la raie sur le côté. Aller chez le merlan ne se pratique guère plus depuis que les concepts franchisés ont stéréotypé la création capillaire.

Bonnet de nuit [bɔnɛ də nɥi]

[bɔnɛ də nɥi] (gr. n. BONE.)
Si le caractère hallucinant et totalement dépassé du bonnet de nuit ne fait aucun doute, il convient néanmoins de se pencher un instant sur ses fonctions et utilités. Ce sera donc le débat blogueuse de mode ou fashion police du jour. Comme vous le savez sans doute, l’endormissement est plus rapide et le sommeil de meilleure qualité lorsque les extrémités du corps sont chaudes et protégées.

Socquettes [sɔkɛt]

[sɔkɛt] (n. fém. CHAUS.)
Socquette est au vestiaire l’une des marques les plus chargées en suranné (je parlerai un autre jour des bas et de la voilette). Car la socquette nous vient de la Communale ou de l’école buissonnière c’est selon, mais en tout cas d’une époque où la guerre des boutons faisait rage, et où, va savoir pourquoi, la gambette avait lieu de paraître alors que la cheville devait rester cachée. Notons au passage que cette mode aujourd’hui singulière demeure d’actualité au pays du Soleil Levant où la socquette habille les écolières en jupe plissée. La socquette c’est le tableau noir et la craie, l’éponge de feutrine poussiéreuse, l’encre et les dix sur dix. La socquette c’est un mot qui claque à l’énoncé, aussi sévère que l’attitude professorale un jour de thème ou de version.

Socquette c’est aussi le paradoxe d’un mot tendre, car pour toute blanche immaculée qu’elle soit, la socquette peut activer un imaginaire Lolitesque sulfureux. Mais là on quitte le suranné. Si socquette a rejoint la galerie surannée, elle n’a pour autant pas disparu, se mutant en sportive branchée (sa grande sœur chaussette de tennis irradiant le ringard), en sans couture confortable pour androgyne en jean, en invisible aux vertus désodorantes; eh oui on est loin du glamour. Heureusement en acquérant ces fonctions terriblement modernes elle a changé de nom. La socquette appartient au passé.

 

Chic ! [ʃik]

Fig. A. Le freak c’est chic ! Archives Studio 54.

[ʃik] (YES !)
Voici quelques jours, on m’interpellait sur le caractère suranné ou non de l’interjection chic !. Il s’avère que la question se justifie pleinement et qu’elle mérite réflexion. Chic est-il réellement suranné ?