Catégorie : Élégances

Fine [fin]

Fig. A. “Jeannot tu nous mettras deux fines Champagne”.

[fin] (adj. & n. BOISS.)
La finesse étant l’une des qualités principales de la langue surannée, il est plus que logique qu’elle ait laissé une place particulière à son adjectif en le faisant nom, et quel nom ! Lisez ici le destin fabuleux de fine devenue une fine.

Chasser la caille coiffée [Sasé la kaj kwafé]

Fig. A. Joli spécimen de caille coiffée. Collec. Buffon.

[Sasé la kaj kwafé] (loc. verb. CHASS.)
Georges-Louis Leclerc de Buffon, Buffon tout court pour la postérité, naturaliste de renom et homme des Lumières par excellence le soulignait déjà : la caille est chaude. Plus chaude que les autres emplumés, ce qui contribuera d’ailleurs à générer l’expression chaude comme une caille, voisine de celle qui nous occupe en ces lignes.

Tailler un costard [tajé ê kòstar]

Tailler un costard

Fig. A. Tailleur de costard à l’ouvrage. Gravure XVIIᵉ.

[tajé ê kòstar] (gr. verb. TAILL.)
Qu’on ne se méprenne pas sur des temps passés qu’une certaine nostalgie malvenue ferait passer pour merveilleux : les années surannées regorgeaient elles aussi de ragots et médisances colportés par d’amères mégères.

La classe à Dallas [la klas a dalas]

La classe à Dallas

Fig. A. Tête pour Oldsmobile.

[la klas a dalas] (loc. citad. JR)
Prédisposition innée à l’élégance dans l’attitude, la classe se vêt aussi bien de haillons qu’en coton équitable 100% bio d’un marchand des quartiers élégants.

Cette classe, la première sous-entendu (pas la deuxième devenue seconde depuis la disparition de la troisième et de ses bancs de bois), cette classe donc, trouve en une géographie texane plus habituée aux rudes rodéos et à la crémation publique de croix christiques censée marquer son aversion pour la différence, un bien étrange complément : c’est la classe à Dallas.

BCBG [bésébéZé]

Fig. A. Allég. BCBG.

[bésébéZé] (abrév. BOURGE.)
N‘entre pas qui veut en surannéité. Le chemin est long et tortueux, nombreux sont les mots qui échouent. Plus rares encore sont les abréviations qui accèdent à ce cercle restreint, même si elles furent conçues en latin, comme par exemple SPQR et autre titulus crocis INRI.

Circule, virgule, ou je t’apostrophe [sirkyl, virɡyl, u Ze tapòstròf]

Circule, virgule, ou je t'apostrophe

Fig. D. Gutenberg en colère. Musée de l’imprimerie.

[sirkyl, virɡyl, u Ze tapòstròf] (gr. excl. OUST.)
Le typographe, savant metteur en plomb de la langue écrite afin qu’elle parvienne aux générations qui suivront, est aussi un sacré inventeur en matière d’expression.

À force de mettre en forme celles des publicistes, cet autre homme de lettres méritait un hommage : circule, virgule, ou je t’apostrophe l’est.

Avoir l’abat-jour au ras de l’ampoule [avwar labatZur o ra de lâpul]

Fig. A. Abat-jour au ras de l’ampoule.

[avwar labatZur o ra de lâpul] (loc. verb. LUX.)
Protéger les yeux de l’éblouissement : telle est la fonction première de l’abat-jour; la secondaire étant l’apport d’une preuve de bon goût et d’un indéniable sens de la décoration d’intérieur qui resteront cependant une autre histoire en ces lignes. Demeurons donc primaires et attachons-nous à cet accessoire qui préserve la vue d’une lumière trop intense qui pourrait lui causer des dommages.

Haut les mains, peau d’lapin [o lé mê, po dlapê]

Haut les mains, peau d'lapin

Fig. A. Monmon, gang des Lyonnais. Archives SRPJ.

[o lé mê, po dlapê] (compt. HOLD-UP)
Ni armes, ni violence et sans haine¹. Même si les malfrats surannés demeurent des malfrats, un soupçon de lettres a bâti des légendes plus sûres que les modestes et modernes nique les keufs peinturlurés eux aussi par des gangsters rêvant de casse du siècle.

Copurchic [kòpyrSik]

Fig. A. Albert Millaud, inventeur du copurchic. BNF.

[kòpyrSik] (adj. subs. masc. ÉLÉG.)
On aura tout vu ! Un néologisme qui devient suranné. Enfin un néologisme pas très nouveau vu d’aujourd’hui puisqu’il date du XIXᵉ siècle, d’où son accession aisée au monde suranné. Mais un néologisme tout de même puisqu’il fut conçu sur-mesure. Vous suivez ?