Catégorie : Bidules

Le sucre d’orge [lə sykʁ dɔʁʒ]

[lə sykʁ dɔʁʒ] (gr. nom. CONF.)

🎼🎶Lorsque le sucre d’orge
Parfumé à l’anis
Coule dans la gorge d’Annie
Elle est au paradis🎶

Allons, allons, ne me racontez pas le contraire, vous y avez tous pensé, bande de coquins ! Je le sais. Je vous vois. Mais ne vous en déplaise, sachez que le sucre d’orge n’a pas toujours été une allégorie libidineuse pour jeune fille en fleur en robe à smocks et en socquettes : oui, il fut avant tout un petit plaisir gustatif d’enfance aujourd’hui suranné. Ô sucre d’orge je me souviens de ton tortillon de couleurs, de ce rouge de ce blanc enlacés dans une farandole qui ne semble jamais vouloir s’arrêter.

Fig. 1. Sucre d'orge pour Annie. Serge Gainsbourg.

Fig. 1. Sucre d’orge pour Annie. Serge Gainsbourg.

Quelle harmonie hypnotique dégageaient-elles alors ces deux teintes contraires ! Cette petite canne courbée aux deux tiers de sa longueur, ce demi-tour effectué en même temps que ses essences lumineuses s’entremêlaient jusqu’à nous faire perdre l’idée de ce qui est dessus, de ce qui est dessous; le sucre d’orge nous faisait perdre nos sens rien qu’à l’apercevoir, cet indécent.

Il est devenu difficile à trouver, l’avez-vous remarqué ? Remisé au fin fond de boutiques spécialisées en sucreries surannées. Bafoué par de la confiserie de pacotille (mais néanmoins délicieuse) aux fantaisies marketées. Une victoire de la pudibonderie, de la pensée correcte ? Enfin, c’est ce qu’elle croit la bigote bougresse. Parce que lorsque les Chamallows fondent dans la bouche d’Annie, elle est toujours au pa-ra-dis…

Le carrelage blanc du métro [lə kaʁlaʒ blɑ̃ dy metʁo ]

Fig. A. L’entrée du métro, avant le carrelage blanc. Musée RATP.

[lə kaʁlaʒ blɑ̃ dy metʁo ] (ligne 1. METR.)
Sept virgule cinq centimètres de haut sur quinze de large pour créer un rectangle, des bordures biseautées et un blanc de céramique immaculée, voici les ingrédients du suranné.

Apposez le tout de façon horizontale et régulière sur les parois de volumes conséquents, laissez mijoter pendant un petit peu plus d’un siècle. Vous obtiendrez une ambiance des plus surannées que seules quelques élucubrations décoratives décennales régulières risqueront de faire basculer dans le tendance ou le vintage. En dehors de ces vaines et vilaines tentatives, le résultat demeurera suranné, soyez-en sûr.