Catégorie : Faits divers

Être fait comme un meneur d’ours [ètre fè kòm ê menër durs]

Fig. A. Nounours et Nicolas.

[ètre fè kòm ê menër durs] (loc. moq. PHYS.)
C‘est au Moyen-Âge moqueur qui ne respecte pas l’article de la convention moderne interdisant de se gausser d’un physique disgracieux que surgit l’expression être fait comme un meneur d’ours.

Elle est ainsi cette époque, ricaneuse pour un clopin-clopant, brocardeuse pour une bosse dorsale.

Être coton [ètre kòtô]

Être coton

Fig. A. La culture du coton.

[ètre kòtô] (loc. diffic. DUR-D.)
Longtemps avant le détournement du Smiley à des fins de contextualisation d’un propos numérique partagé sous une forme plus ou moins aboutie d’écrits, hauteur de voix, vibrato du timbre et appréciation de l’intensité étaient nécessaires pour utiliser certaines expressions particulièrement pointues.

— Écrire mort aux vaches sur les vespasiennes n'empêche pas de changer l'eau des olives. ❞

Avoir les dents qui rouillent [avwar lé dâ ki ruj]

Avoir les dents qui rouillent

Fig. A. Un affamé aux dents rouillées.

[avwar lé dâ ki ruj] (loc. fer. FAIM.)
Tandis que les canons de la beauté ne faisaient pas dans la sylphide mais plutôt dans l’abondance – les maîtres couchant à qui mieux mieux sur la toile des Vénus callipyges alanguies – l’assiette sans gras et le tout cuit vapeur étaient si effrayants que le fait de ne pouvoir suffisamment manger possédait une incongrue expression surannée.

Faire des Zanzis [fèr dé zâzi]

Faire des Zanzis

Fig. A. Le sultan de Zanzibar et ses amis du Balto.

[fèr dé zâzi] (loc. lud. DÉ.)

Funguvisiwa ya Zanzibar en swahili, Zanzibar en français, « Ô archipel mystérieux, îles aux épices et au commerce de bois d’ébène¹, mythique sultanat de l’océan Indien », pourrait déclamer le poète du Balto qui n’a pourtant jamais mis les pieds à Stone Town.

— Restez claquemurés.