L’an deux mille [lɑ̃ dø mill]

Fig. D. Vision de l’an 2000. Musée des années 70.

[lɑ̃ dø mill] (gr.n. TEM.)
Attention ça va te faire un choc. Eh oui mon p’tit gars, je le crains : l’an deux mille est suranné. Il fallait que je te le dise. Je sais que c’est dur à entendre, je comprends que tu trembles, que tu sois en colère, mais c’est bien la réalité, l’an deux mille appartient au passé le plus suranné.

Te souviens-tu de ces voitures volantes que tu lui destinais sur tes dessins d’enfants ? De ces villes grandioses où l’on allait tous vivre en paix ? Te rappelles-tu de son école ultra-moderne ? Tu avais imaginé l’iPhone et Internet bien avant tout le monde. Mais ce n’est pas tout à fait ça; les bagnoles boivent toujours du pétrole et la cité des poètes n’en abrite pas beaucoup. On a passé l’an deux mille depuis quelques années seulement et il est devenu suranné plus vite que mille choses du siècle précédent. C’est amusant ce pied de nez, tu ne trouves pas ? Le temps vieilli plus vite que les objets et les mots. Pourtant on en avait rêvé de ce compte rond, de ce siècle et de ce millénaire qui allaient voir ce qu’ils allaient voir. On l’attendait avec une telle impatience ! Il n’a pas changé grand-chose.

On attend trois mille en écoutant Souchon ou on se met au boulot ?

 

Tu la voyais pas comme ça ta vie,
Pas d’attaché-case quand t’étais p’tit,
Ton corps enfermé, costume crétin,
T’imaginais pas, j’sais bien.
Moi aussi j’en ai rêvé des rêves. Tant pis.
Tu la voyais grande et c’est une toute petite vie.

Encaustique [ɑ̃kɔstik]

[ɑ̃kɔstik] (n.f. HYG.)
Je me demande quoi de son nom ou de son odeur est le plus suranné dans l’encaustique. Non parce que tout de même, le délicieux mélange parfumé de la cire et de l’essence de térébenthine c’est quelque chose qui approche le sacré ! J’ai reniflé ça avec ferveur pendant des années d’enfance, quand j’étais autorisé à pénétrer dans l’atelier de mon grand-père et à bricoler un ou deux meubles à ses côtés. Et lorsque permission m’était donnée d’appliquer la divine préparation d’encaustique sur un buffet Normand ou quelque chaise Louis XV joliment retapée, j’étais au paradis. Était-ce le degré de confiance qui me grisait ou simplement les volutes de l’huile essentielle de résine ? Je ne saurais le dire, mais aujourd’hui encore passer un parquet à l’encaustique me ravit au plus haut point, contribuant ainsi à me positionner quelque part entre l’homme idéal (celui qui s’occupe aussi des tâches ménagères) et le dangereux psychopathe (celui qui oblige ses visiteurs à utiliser des patins en feutrine¹ pour glisser sur son parquet).

NDLR : j’ai bien dit quelque part entre ces deux points de l’échelle de l’encaustique, je suis encore assez loin de l’homme idéal.

L’encaustique n’est pas d’une époque pressée par le temps. Elle a été battue en brèche par le fourbe Solcarrelus (ne me dites pas que vous ne vous souvenez pas de la pub ou je vous jette aux lions) et par des hordes de Procteriens frais émoulus pressés de nous fourguer leurs mélanges frelatés à la science pseudo environnementaliste et générateurs de marges indécentes. L’encaustique a disparu des rayons de nos supermarchés éclairés au néon, alors je dois aller la trouver à la droguerie. C’est une bonne chose, ainsi même la quérir est un plaisir.

 

¹Le patin d’appartement en feutrine s’accompagne généralement de la veste d’intérieur en soie et du protège téléphone en tissu de couleur verte

La cloche [la klɔʃ]

Fig. L. Carte de tarot représentant un galvaudeux et son chien joyeux.

Fig. L. Carte de tarot représentant un galvaudeux et son chien joyeux.

[la klɔʃ] (n.m. FAM.)
La cloche… Avant, en ces temps surannés ancestraux, on en était (de la cloche) comme on pouvait en être du bâtiment, comme on est Citroën plutôt que Peugeot¹, ou sucré mais pas salé, rouge sur blanc tout fout l’camp, etc. Ne vous offusquez pas : oui, on pouvait être de la cloche, vivre au gré de l’humeur vagabonde et de la charité bien ordonnée du bon peuple généreux et dussé-je vous le rappeler « Autrefois on gardait toujours une place à table/Une chaise, une soupe, un coin dans l’étable »². Mais donc, ça c’était avant.

La frénésie tartuffesque couvrez-ce-sein-que-je-ne-saurais-voir a donc en sa docte académie décidé de doter la cloche d’une appellation moderne non surannée, en la matière celle de SDF pour Sans Domicile Fixe. C’est plus technocratique, ça efface le côté revendicatif de la chose (bandes d’anar subversifs qui choisissent de bafouer le système, rebelles de la forêt !), c’est mieux on s’apitoiera moins sur la misère humaine coco, vas-y envoie les éléments de langage. Et voilà. Les clochards disparaissent du paysage et surtout des statistiques (vous avez remarqué la passion contemporaine pour la statistique ?) et comme les SDF c’est pas vraiment des gens…

Comme quoi le suranné ça a aussi du bon.

C’était le billet militant de la Rédaction (promis, on ne recommencera pas), parce que la cloche ça aurait pu nous arriver.

 

¹“Mon mari est Peugeot à mort” Nathalie (Josiane Balasko) in. Les Bronzés, 1978
²Jean-Jacques Goldman, les Restos du cœur

Les coudières [le _kudjɛʁ_]

Fig. A. Les coudières de Monsieur sont prêtes, Monsieur.

[le _kudjɛʁ_] (n.m. MOD. PARAD.)
Deux concepts complexes, j’en conviens, à envisager de concert : la mode et le suranné. Oui complexes parce qu’a priori l’un est exclusif de l’autre (cf. Courbe o tempora o mores) : comment être suranné et à la mode à la fois ? Ce qui est à la mode est courant voire commun alors que ce qui est suranné est passé voire rare. Comme rien ne m’effraie (la Rédaction ne recule devant rien, je l’ai déjà dit et prouvé) j’ai beaucoup cherché et trouvé la réponse à cette équation à deux inconnues : les coudières ! Eh oui, les coudières sont la réponse à l’une des questions les plus complexes de l’humanité. Ceci vous esbaudit, je vous comprends.

À la papa [a la papa]

Fig. A. Père peinard et son fils.

[a la papa] (EXPR. FAM.)

À la papa fait partie de ces expressions délicieusement surannées qui donnent un ton à la fois respectueux, ironique et charmant au verbe auquel elles se rapportent. C’est une règle de construction du langage, n’en déplaise aux branchés du parlé qui fait jeune.

Faire un truc à la papa c’est en effet le faire avec quiétude et même avec application, comme un p’tit père peinard ventripotent certes mais pas excité pour deux ronds. Conduire à la papa, jouer à la papa. Et même si ça énerve (ouh que ça m’énerve !), c’est d’une colère affectueuse que je te le dirai. Eh oui, parce que à la papa c’est comme le fait mon papa à moi, et je ne vais pas m’énerver contre mon papa à moi, même si des fois… ouh qu’il m’énerve ! Et en plus j’espère moi aussi le faire aussi un jour à la papa comme ça je pourrai énerver mes enfants et ça me fera bien marrer (et ça me fera aussi penser à mon papa).

Faire les trucs à la papa c’est juste les faire en prenant le temps d’apprécier de tout petits instants du quotidien et du coup ça mérite bien une place en suranné. Allez, j’vais boire un verre au Père Tranquille avec les potes.

La baguette en alu [la baɡɛt ɑ̃ _aly_]

Fig. A. Du temps de la conduite courtoise.

[la baɡɛt ɑ̃ _aly_] (n.f. MÉCA.)
Tu es amateur de tuning, sois le bienvenu : aujourd’hui on parle bagnole. Enfin on va surtout faire le point sur un tout petit élément de rien du tout, un infime détail qui change tout et qui fait passer du commun au suranné : la baguette en alu.

La baguette en alu est à la voiture ce que le khôl est à l’œil, un souligné léger indécemment sexy, une subtilité quelque peu appuyée dont on ne peut se passer. Elle se situe généralement aux entournures, aux commissures, en ces endroits sans importance que le regard semble oublier mais qu’il a pourtant bien enregistrés. La baguette en alu est une coquetterie d’un autre temps où la voiture n’était alors point honnie et son design travaillé en faisait un objet digne de circuler dans nos rues, pas un tas de ferraille encombrant et sans forme. La baguette en alu se joue de la lumière, complice des reflets insignifiants, faisant durer le charme d’une couleur de carrosserie, galvanisant le galbe d’un capot travaillé, marquant le passage du verre d’un pare-brise à l’acier de la tôle.

La baguette en alu devait coûter trop cher ou peut-être a-t-elle finit par irriter des ingénieurs, des cost-killers, des créateurs, des décideurs. Elle a donc disparu. Elle a rejoint le pneumatique à flanc blanc et la conduite courtoise. Si, si, je vous le dis, les trois ont disparu d’un coup d’un seul, je suis formel.