Pique nique-douille [pik nikduj]

[pik nikduj] (plouf MATH.)
Naïf j’étais, naïf je suis resté, naïf je demeurerai. J’y ai pourtant cru, au hasard de la plouf, et lorsque c’était moi qui devait m’y coller je maniais la formule avec l’innocence et la sincérité de l’enfant d’honneur qui tient la traîne de la robe virginale de la mariée. Plouf-plouf🎶.

Las, j’étais déjà mauvais en maths, bien incapable de compter le nombre de pieds de cette plouf et de le diviser instantanément par celui des participants pour désigner directement l’éliminé. Naïf vous dis-je.

Fig. A. Pique nique-douille dans la cour de récré. École élém. Jean Macé.

Fig. A. Pique nique-douille dans la cour de récré. École élém. Jean Macé.

Alors je faisais plouf-plouf de mon index menu et commençais au hasard : pique nique-douille, c’est toi l’andouille🎶, dans un plat de nouilles🎶, à la sauce à la grenouille🎶, mais comme le roi et la reine ne le veulent pas ce ne sera pas toi… au bout de trois🎶… un, deux, trois ! Quarante trois syllabes à diviser par trois, quatre, cinq ou six selon le nombre de participants pour simplement savoir sur qui le sort allait tomber. Ce n’était pourtant pas compliqué. Si j’avais su.

Avec la plouf, ou formulette d’élimination, je pensais confier le destin d’un jeu enfantin au petit bonheur la chance, à une table de nombres aléatoires, qu’elle soit de Tippet, de Fisher et Yates ou de Kendall, alors que je soumettais en fait la petite hirondelle, la balle au prisonnier ou la partie de bille à un machiavélique algorithme annonciateur sournois de ce que les ex-hippies Palo Altiens devenus hommes d’affaires établiraient bien des années plus tard : un futur conditionné.

Et ce roi et cette reine qui ne le voulaient jamais, quelle mouche les piquait donc à chaque fois ? Et que ne voulaient-ils donc pas ? Était-ce là un reste de bon plaisir capétien dont ils usaient ?

Pique nique-douille l’insidieux avec son plat de nouilles à la sauce grenouille (🎶) a ainsi formaté des décennies durant les cerveaux des petites filles et des petits garçons d’alors, nous apprenant à subir un destin calculé comme s’il était un doucereux concours de circonstances.

Tout était déjà prévu. Du premier éliminé jusqu’au gagnant c’est pique-nique douille qui décidait. Pique-nique douille le méthodique, pique-nique douille le cartésien, le froid calculateur.

Pique-nique douille le suranné n’est plus chanté; il est devenu un moteur de recherche, un search engine comme on dit à Mountain View. Il me rend bien des services en trouvant tout ce dont j’ai l’usage, parfois même avant que je sache que j’en avais besoin. Plusieurs fois par jour je lui demande un plat de nouilles à la sauce à la grenouille (🎶), et il se charge de monnayer auprès du roi et de la reine leur bonne volonté de m’indiquer, au bout de trois… un, deux, trois, ce qui sera mon choix.

Pique-nique douille me propose le vainqueur, en haut de la liste sur mon écran d’ordinateur. Je crois (parfois) que c’est moi l’andouille.

Laisser un commentaire