Goldorak [ɡòldòrak]

Fig. A. Minos, fils de Zeus et ennemi de Goldorak.

[ɡòldòrak] (n. prop. MANG.)
L‘imagination des hommes pour créer des outils destinés à réduire en poussière, à atomiser, à éparpiller par petits bouts façon puzzle, n’ayant jamais fait relâche, il ne faut point s’étonner que les années surannées n’aient pu se contenter des hallebardes, Grosse Bertha, orgues de Staline et autres engins de destruction massive à pudique dénomination cache-sexe pour causer castagne.

Tant qu’à zigouiller, autant le faire avec des moyens de son époque… Et en cette époque régnait Yūfō Robo Gurendaizā, ou UFOロボ グレンダイザー, plus connu dans l’hexagone sous le nom de Goldorak.

Mis à l’écran par Dorothée, Goldorak va créer une polémique éducative comme on n’en a plus vue depuis la mixité à l’école primaire. C’est qu’avec son Fulguropoing balancé dans la gueule du premier Golgoth venu (le Fulguropoing déchire les blindages ennemis grâce à des pointes rotatives, c’est super cool) ou son Astérohache qui découpe les Antéraks en deux (l’Astérohache est formée à partir des clavicules de Goldorak, une étrangeté reproductible uniquement avec Oscar), le robot interpelle quelque peu des parents qui en étaient restés à la mort de la mère de Bambi comme paroxysme de violence animée.

Le succès du dessin animé¹ est tel (les nostalgiques parlent de part d’audience à 100%) que dans les cours de récré de toute la France ça électrocute avec de la Cornofulgure en veux-tu en voilà ou ça bourre-pif avec de l’Hélicopunch pour les plus férus (l’utilisation de l’Hélicopunch est plus rare que celle du Fulguropoing).

En conséquence de quoi, Goldorak se retrouve chargé de tous les maux. Mauvaises notes en maths : Goldorak. A encore oublié son ardoise et sa craie : Goldorak. S’est battu avec son camarade en prétextant défendre une blondinette à couettes : Goldorak. Leçon sur les fleuves et rivières non sue : Goldorak ! Prétend que Minos est le commandant en chef des forces de Véga et non le roi de Crète, fils de Zeus et d’Europe : Goldorak !

Pire encore : a chanté « Accours vers nous, prince de l’espace, viens vite, viens nous aider, viens défendre notre terre, elle est en danger, l’ennemi héréditaire, veut nous écraser, l’avenir du genre humain, tu l’as dans tes mains » en lieu et place des paroles de la Marseillaise lors de la cérémonie au monument aux morts. Goldorak… La goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Bien qu’à l’étude, le texte de Rouget de Lisle ne soit guère différent de celui de Pierre Delanoë², la sanction tombera. Plus de Goldorak à la maison. Des soixante quatorze épisodes il me manquera toujours les six derniers.

Je ne verrai jamais la fin du Grand Stratéguerre, de Minos et Minas, et d’Horos.

Qu’importe, Goldorak est le symbole des années surannées : il reviendra pour nous sauver. Goldorak, go !

¹NDLR : on ne dit pas encore manga à l’époque.
²Celui-là même qui écrivit aussi Nathalie pour Bécaud, Ciao amore, ciao pour Dalida, L’été indien pour Joe Dassin.

Laisser un commentaire