Menée d’avergots [mené davèrɡo]

Fig. A. Panier pour une menée d’avergots.

[mené davèrɡo] (gr. n. COT.)
Pour le poulbot en vacances dans la verte, le monde nouveau qui s’offre à lui regorge de découvertes. Des Boyard du papet à fumer en cachette aux blondinettes à couettes du village, de la chanson hommage au garde champêtre à l’épreuve initiatique de la clôture électrique, la campagne est au Parigot tête de veau ce que l’Amérique fut à tonton Cristóbal : une terre inconnue.

Passé le choc civilisationnel d’un rapport à l’ordre très différent qui veut par exemple qu’on puisse piétiner l’herbe et les fleurs (pas tout à fait comme au Luco, donc), le jeune explorateur y fera l’apprentissage d’une langue indigène dont il n’entend pas encore toutes les subtilités. Lorsque la grand-mère l’envoie jusqu’au poulailler chercher une menée d’avergots (ce qui est déjà en soit une épreuve notable puisque les poules ça chie partout et c’est parfois hostile), il en demeure bien coi.

Autant sait-il qu’il faut parfois compter les œufs dans le trou du cul de la poule, autant a-t-il entendu dire qu’on pouvait emmener l’animal pisser, autant la menée d’avergots ne représente-t-elle pour lui qu’une palabre exotique et confuse. Son esprit déductif et le panier en métal lui confirment cependant que la mission n’est pas d’aller capturer une volaille pour la faire rôtir, mais consiste plutôt à collecter des œufs. Les avergots sont les œufs, c’est entendu. Reste à trouver la mesure de la menée puisque de toute évidence on parle quantité avec un tel panier.

Accompagné du chien de la maison qui tiendra le poulet en respect (avec le doux espoir que l’ordre d’en croquer lui soit enfin donné), nous¹ voici cheminant vers la cabane bien heureusement abandonnée par ses locataires trop occupées à picorer des cailloux en basse-cour. Comme les objets sont au service de leur tâche en ces temps reculés (le design cocaïno-conçu n’a pas encore fait ses ravages dans les rangs des ustensiles utiles, mais ceci est une autre histoire), le panier à œufs peut en contenir une douzaine, ce qui s’avèrera précisément la juste grandeur de la menée.

La menée d’avergots est conquise, et l’expression de grand-mère bien notée.

Elle restera, désuète, un langage de campagne. Dans la ville moderne les œufs se vendent en boite de carton. Pas une seule trace de fiente, pas un caquet de poule, ni même un bon gros chien pour effrayer la pondeuse. Et ne vous risquez pas à demander une menée d’avergots à ce chef de rayon en blouse ocre brodée d’une phrase clamant son grand amour du service au client : il n’est jamais allé jusqu’au poulailler, lui.

¹L’heureuse présence de la blondinette à couettes susnommée, sans doute attirée par la présence d’un conquistador Parisien, doit être signalée.

Laisser un commentaire