Catégorie : Langues

Faire une tête de monsieur-votre-bite-a-un-goût [fèr yn tèt de mesjö vòtre bit a ê ɡu]

faire une tête de monsieur-votre-bite-a-un-goût

Fig. A. Muscles faciaux en action pour faire une tête de monsieur-votre-bite-a-un-goût. Musée de l’Homme.

[fèr yn tèt de mesjö vòtre bit a ê ɡu] (loc. verb. BIT.)
Il existe de nombreux degrés dans la grimace de dégoût. Conséquemment, des dizaines d’expressions les traduisent, souvent avec une précision telle que leur simple énoncé peut entraîner des nausées voire écorcher le renard. La force évocatrice du langage…

Aller se faire gonfler chez Michelin [alé se fèr ɡôflé Sé miSlê]

Michelin

Fig. A. Type de 130 kilos disant certaines choses à un type de 60 kilos. Allég.

[alé se fèr ɡôflé Sé miSlê] (loc. insult. PNEU.)
Disposant du très efficace va te faire empapaouter pour inciter le branque à adopter une posture que son contradicteur juge plus conforme à son état d’esprit ou à son attitude, la langue surannée n’avait besoin d’aucun synonyme dans l’invective.

Debout les crabes la mer monte [debu lé krab la mèr môt]

Fig. A. Cosme de Médicis, fondateur de la dynastie des Médicis et de leur devise festina lente.

[debu lé krab la mèr môt] (loc. imp. ADO.)
L‘usage géographiquement et temporairement restreint de l’expression étudiée ci-dessous explique en grande partie sa chute en désuétude.

Il est en effet nécessaire, pour l’utiliser, de se trouver en bord de mer en période estivale et d’avoir sous la main quelques adolescents fatigués étirant leur grasse matinée jusqu’aux environ de treize ou quatorze heures du matin.

Parler latin devant les cordeliers [parlé latê devâ lé kòrdeljé]

Fig. A. Sachant captivant son auditoire. Musée du savoir.

[parlé latê devâ lé kòrdeljé] (loc. lat. HUMA.)
Refusant l’adage sage qui préconise de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de l’ouvrir, certains petits malins la laissent se délier à la moindre occasion, allant jusqu’à précisément se prendre pour ce qu’ils ne sont pas (des malins) face à plus savant qu’eux.

Ne pas être à Versailles [ne pa ètr a vèrsaj]

Fig. A. La galerie des glaces, château de Versailles.

[ne pa ètr a vèrsaj] (loc. géo. EDF)
L‘érection du château qui fit la gloire du quatorzième des Louis installé à la tête du royaume de France (puis des numéros quinze et seize qui lui succédèrent) n’est pas pour rien dans le rayonnement planétaire de notre beau pays par ailleurs producteur officiel de la langue française.

Être de Birmingham [ètre de birmiGɡam]

Fig. A. Rasoir Kirby, Beard & C°, Birmingham.

[ètre de birmiGɡam] (loc. géog. QUINC.)
Créée en 1743, la maison Kirby, Beard & C° s’installe un siècle plus tard à Birmingham où ses usines vont notamment fabriquer des rasoirs d’exceptionnelle qualité. Son très chic magasin du 5 rue Auber à Paris (qui comptait Proust parmi ses clients) contribuera à asseoir cette réputation en France.

Si ma tante en avait [si ma tât ân- avè]

Fig. A. Ma tante Ève et mon oncle Adam.

[si ma tât ân- avè] (gr. nom. ORIG.)
Malgré les subtils camouflages et autres chastes feuilles de vigne obstruant à longueur de chefs-d’oeuvre picturaux les atouts d’Ève et les réponses d’Adam, il fut acquis très tôt pour une très large partie de l’humanité que femmes et hommes n’étaient pas physiquement en tous points similaires.

Fourrer le chien [furé le Sjê]

Fig. A. Chiens.

[furé le Sjê] (loc. verb. ATT.)
Il est admis que le français québécois tel qu’il se parle aujourd’hui est la langue parisienne du XVIIᵉ siècle. Nous ne nous étendrons pas sur les explications, nombreux sont les doctes ouvrages qui sauront vous renseigner plus avant si nécessaire.