Olivier Genevois

Enfant sauvage capturé dans les bois par les hommes vers l’âge de 3 ans, je ne parlais alors que le latin comme les loups qui m’avaient nourri. Confié à des moines Shaolin qui m’enseignèrent l’art ancestral du kung-fu 少林功夫, revendu à un laboratoire pour des expérimentations militaires, j’ai ensuite développé d’étranges capacités qui me permettent de me mouvoir dans tous les univers, du bistrot de province (Au père tranquille, le Penalty, Vaut mieux être ici qu’en face, Balto, etc.) au cocktail ampoulé (inauguration, vernissage, avant-première, bal des débutantes…) et surtout d’y parler le langage adéquat. Ce super-pouvoir m’a doté des terribles mots surannés capables de terrasser des dragons, d’escalader des montagnes, de courir des centaines de kilomètres, de braver des animaux sauvages, de faire se lever des foules entières. Des tas de trucs pour faire le malin mais rien pour séduire les femmes.

Le cahier de vacances 2017

C'est l'été, certes, mais ce n'est pas une raison pour oublier tous les acquis d'une année bien remplie. C'est pourquoi votre encyclopédie des mots surannés et expressions désuètes a pensé à vous en vous concoctant un petit cahier de vacances qui vous permettra de briller sur la plage et surtout, de continuer à pratiquer la langue surannée. À vos crayons de bois !

Réfléchissez, fouinez dans le site, causez avec vos voisines de bronzette, cochez… Et comme nous sommes nous aussi en vacances, vous recevrez votre Bon Point Mot Suranné un de ces jours mais pas tout de suite, faut pas pousser mémé dans les orties !

Pour jouer, cliquez ici.

Bonnes vacances !

Corne-cul [kòrnekyl]

[kòrnekyl] (adj. comp. OLÉ)
Bien avant que Guy Lux ne lâche les vachettes dans les arènes improvisées de villes en mal de notoriété désirant en découdre pour montrer que c'est-ici-qu'on-a-la-plus-grosse-et-pas-chez-les-pécores-d'en-face¹, les cornes embrochaient les séants des prétentieux ridicules s'imaginant plus virils qu'un toro de lidia, permettant ce faisant à la langue moqueuse de se doter de corne-cul.

Mézigue [méziɡ]

Fig. A. Allégorie : moi-je.

[méziɡ] (pron. MOI)
Si ce n’est on, dont on dit qu’il est un con sans qu’on ne l’ai jamais pu réellement prouver (mais ceci est une autre histoire), les pronoms personnels singuliers et pluriels font l’objet des premiers apprentissages de la langue, quand bébé bave encore et balbutie mais qu’il va bien devoir apprendre qu’il y a une grammaire en ce bas monde, et que tout nouveau qu’il soit, il n’en est pas exonéré.

Les deux mon Capitaine [lé dö mô kapitèn]

[lé dö mô kapitèn] (exp. acq. BRANL.)
L'idée de hiérarchie et du respect de l'ordre établi qui cimente toute entreprise humaine doit régulièrement faire l'objet de rappels, tant qu'à faire énoncés lors de thamzing (批斗大会) – ou autres séances de lutte – par les déviants eux-mêmes, histoire de leur réapprendre l'humilité et de réformer leurs pensées subversives. Non mais des fois, c'est qui le chef ?

Défleurir la picouse [déflërir la pikuz]

Fig. A. Qui défleurira la picouse sera fessé. Code des campagnes, art. 127-2.

[déflërir la pikuz] (loc. verb. BONNET.)
Petits coquins de citadins ! Le saviez-vous qu’en dérobant ces draps blancs qui séchaient dans les champs, en cet été si chaud dont vous passiez une partie à la campagne, le saviez-vous, donc, que vous veniez de défleurir la picouse ?

Smiley [smilɛ]

Fig. A. Souriez, vous êtes filmés.

[smilɛ] (marq. dép. SOURI.)
Toi le djeuns’ qui pense avoir inventé le sourire avec le double point suivi d’une parenthèse fermante (voire deux en cas de gros fou-rire – méga LOL ;)), tu risques de tomber de ton fatboy® en lisant ce qui suit. On reste calme et on boit frais car cette définition d’une figure délicieusement surannée pourrait s’avérer ravageuse.

Faire de la perruque [fèr de la péryk]

Fig. A. Fiers Gaulois refusant qu’on touche à leurs cheveux.

[fèr de la péryk] (loc. chevel. CAPILL.)
Depuis nos ancêtres les Gaulois dont les tresses faisaient la force, la question capillaire obnubile chaque acteur de la comédie humaine quotidienne : punk travaillant sa crête au sucre, militaire bien dégagé derrière les oreilles, footballeur à mulet tressautant, skin belliqueux au crâne rasé, minet à la mèche dégradée, et moult autres formes de revendication ou d’appartenance à un groupe.

Tapitouf [tapituf]

Fig. A. La Dame à la licorne, le goût. Réalisation pré-Tapitouf.

[tapituf] (marq. dép. TAP.)
Exercice exacerbé du bon goût personnel, le phénomène du faites-le-vous-même (do-it-yourself pour les ceusses qui jactent le marketing) prend un nouvel essor en plein milieu des années surannées d’une France de la tapisserie et du point de croix.